Père Pedro : « L'important, c’est de militer pour les pauvres »

Publié le par Alain GYRE

Père Pedro : « L'important, c’est de militer pour les pauvres »

1-pedro.jpg

Le père Pedro accueille toujours une foule de fidèles à chaque culte au stade Akamasoa tous les dimanches

Candidat au prochain prix Nobel de la Paix 2013, le père Pedro Opeka souhaite témoigner sur la possibilité de lutter contre la pauvreté.

Comme tous les dimanches, le stade couvert de l'association Akamasoa d'Andralanitra, commune Ambohiman­gakely, est plein comme un œuf. Des milliers de fidèles, la plupart des membres de cette association composés d'anciens enfants de rue et des démunis de la société, ainsi que des touristes humanitaires, sont venus assister au culte hier, présidé par le père Pedro Opeka. En sortant du stade, les fidèles se sont dépêchés de remercier le père Pedro de leur avoir donné à manger, des logement et du travail, même si le culte a duré deux heures et que ce fondateur de l'association Akamasoa a résidé depuis des dizaines d'années à Andralanitra. Les touristes eux souhaitaient un autographe sur les bouquins racontant la biographie du père Pedro qu'ils venaient d'acheter.
« Je suis étonné de cet appui que le gouvernement malgache m'a apporté pour ma candidature au prochain prix Nobel de la paix. Je le remercie ainsi pour la reconnaissance du travail qui a été entrepris dans cette localité depuis des années. Je représente une cause dans ce concours qu'est la lutte contre la pauvreté et le travail de tous les missionnaires qui luttent contre ce fléau dans le monde », a réagi le père Pedro face à la décision du conseil du gouvernement, mercredi,
de le proposer au prix Nobel de la Paix pour l’année 2013. Mais cette reconnaissance de la lutte contre la pauvreté entreprise par le père Pedro depuis 40 ans à Madagascar n'a pas obtenu qu'un seul écho.
International
Le fondateur de l'association Akamasoa est proposé, pour ce titre, par d’autres Etats et organismes internationaux. « Pour la première fois en Slovénie depuis la fin de la Première Guerre Mondiale, l'opposition et le gouvernement se sont mis d'accord pour appuyer ma candidature au prix Nobel de la Paix 2013. Des parlementaires français, des associations et organismes canadien, argentin, australien et monégasque, et d'autres personnes m'ont également inscrit pour ce titre », a ajouté le père Pedro. Même les touristes venus au culte ont été séduits et émus par ce travail de longue haleine. « Les gens adhèrent à tout ce que le père Pedro a fait. Beaucoup de travaux restent pourtant à entreprendre pour réduire la pauvreté dans ce pays. Il a fait ce que les politiciens devraient avoir effectué », a conclu Camille Bariteau, touriste humanitaire originaire de la ville de Nantes, France.

Record de candidature
Cette année, 259 personnes ou organisations ont postulé pour devenir le symbole de la paix 2013, 209 individus et 50 organisations selon l'Institut Nobel. Le précédent record datait de 2011, avec 241 postulants. « Remporter ce prix n'est pas une priorité pour moi. L'important est de militer pour les droits des pauvres dans le monde devant cette auguste assemblée en Norvège », a fait savoir le père Pedro Opeka.

Vonjy Radasimalala

Lundi 22 avril 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article