Pétrole: Madagascar serait parmi les 10 premiers producteurs en Afrique

Publié le par Alain GYRE

Pétrole : Madagascar serait parmi les 10 premiers producteurs en Afrique
(31-10-2012) - Madagascar Oil investira plus de 1,5 milliards USD pour la construction des infrastructures nécessaires après la prise de décision en 2014.

petrole1.jpg
dans une raffinerie de pétrole
© AFP


« La présence de pétrole peut être maintenant confirmée à Tsimiroro ». Le Président Directeur Général de Madagascar Oil, Laurie Hunter, l’a annoncé lors de la journée de « Célébration du Pétrole à Tsimiroro » hier. « Les résultats de recherches pétrolières sont prometteurs même si le projet reste encore en phase exploratoire. Et cet espoir porté par Madagascar Oil n’est pas fondé sur un simple rêve mais sur des bases techniques et économiques solides que nous aimerions prouver avec le projet pilote », a-t-il rajouté. Notons que les ressources contingentes actuelles sont estimées à 1,7 milliards de barils. Cette compagnie prévoit ainsi une production atteignant jusqu’à 150 000 barils de pétrole par jour en vitesse de croisière, soit 3 à 4 ans après le lancement de la production commerciale en 2019. « Ce qui placerait Madagascar parmi les 10 premiers producteurs de pétrole en Afrique », a déclaré Laurie Hunter.

1,5 milliards USD. Depuis 2004, cette compagnie a investi plus de 200 millions USD en matière d’infrastructures et d’investissements sociaux, comme le forage de 100 puits dans tout le périmètre de Tsimiroro ainsi que la construction de la route reliant Morafenobe à Tsimiroro, l’ouverture et la réhabilitation de 300km de route d’accès. Les investissements dans le cadre de la responsabilité sociale d’entreprise ne sont pas en reste. « Le projet de Tsimiroro est financé entièrement par Madagascar Oil», a évoqué le PDG de la compagnie pétrolière. Ensuite, la production test se fera à compter de 2013 avec une prévision de 1 000 barils par jour dans le cadre du projet pilote. La prise de décision se fera en 2014. Un investissement de plus de 1,5 milliards USD sera ensuite réalisé pour la construction des infrastructures comme le port et le pipeline long de 100km, nécessaires à la production à grande échelle.

Transparence. « Si des politiciens veulent à tout prix que ce projet ne démarre pas, nous, de notre côté, nous avons hâte que la compagnie produise du pétrole car il y aura certainement des retombées économiques positives pour l’économie locale, voire nationale. Cet investisseur a d’ailleurs respecté la culture locale », a évoqué Mr. Piculas, un membre du CST. En effet, des milliers d’emplois seront créés durant la phase de construction à part les travaux de sous-traitance pour les entreprises malagasy. Et en plus des redevances payées à l’Etat, il y aura également un contrat de partage de production entre les deux parties. Par ailleurs, la transparence et le respect de l’environnement obligent la compagnie en tant que société cotée en bourses. Mais Madagascar Oil est aussi ouvert à toutes les parties prenantes pour la mise en œuvre de ce projet afin que le pétrole soit une fierté et une richesse partagées.

Navalona R.

Midi Madagasikara

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article