Peuple des Mikea : Victime de déforestation

Publié le par Alain GYRE

Peuple des Mikea : Victime de déforestation

22/04/2013

 1-mikea.jpg

Le peuple Mikea se sent envahi par la civilisation. Des constructions de nouvelles infrastructures par une grande entreprise d’exploitation minière menace la quiétude de ce peuple primitif.

Le peuple des Mikea qui se trouve dans le sud-ouest de Madagascar, au nord de Toliara souffre et est victime jour après jour des conséquences de la dégradation environnementale des forêts conservées où se trouvent leurs habitats, d’ailleurs exposés à un grave danger. Actuellement, le massacre continue encore à cause d’une grande firme qui serait en train d’effectuer des travaux de remblayage dans cette partie et les Mikea, avec les animaux dans la forêt, n’auront plus d’endroit où s’abriter. Si auparavant, les Mikea ont fui les colonisateurs pour se réfugier dans cette vaste forêt dense, en ce moment ce sont des Malgaches, qui les pourchassent et les chassent de leur terre ancestrale.

En colère.En effet, une entreprise d’exploitation minière accapare des milliers d’hectares de terrain faisant partie de leurs zones d’habitation et compte étouffer cette affaire par le biais de la construction d’infrastructures sur les lieux. Mais, les autochtones sont montés au créneau et ont exprimé leur rage et leur colère, durant l'investigation sur place.

Culture en voie de disparition.Les bétails n’ont plus de quoi se nourrir et il se trouve que c’est la culture même du Sud Ouest qui est piétinée, et surtout la culture Mikea, patrimoine internationale et unique. «Laissez les Mikea vivre tranquille dans leur coin où ils restaient toujours isolés des autres villes en raison du délabrement des routes. L’éducation et la santé dans cette partie se trouvent dans un état de médiocrité sans que personne ne s’en soucie. Mais soudain, nous avons eu un brusque attachement à notre terre et à notre peuple qui a déjà vécu dans cette forêt depuis '', ont souligné les notables.

Manitrisa

Midi Madagasikara

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article