Pierrot Men - Invitation

Publié le par Alain GYRE

INVITATION PIERROT MEN 3

  INVITATION PIERROT MEN 4

 

Rassembleur et respecté, Pierrot Men l'est plus que jamais, ses vécus se laissent voir à l'exposition qui lui est consacrée à l'IFM Analakely. Chronique d'un maître des clichés.

Dans une exposition de Pierrot Men, il faut se laisser aller vers la contemplation. Depuis hier soir, les amateurs de photos d'art peuvent s'y adonner lors de l'exposition qui se tiendra à l'IFM Ana­lakely.
C'est un maître qui expose alors ce sera probablement une messe du « beau ». Chroniques malgaches , parce que c'est d'abord un livre que « Les Éditions de l'œil » ont consacré à cet artiste. Ensuite, ceux qui veulent voir les derniers clichés du photographe auront l'occasion de le faire jusqu'au 25 février, clôture de l'exposition. Soixante et une photographies qui datent de 1989 pour le moins récent, et des moins vieux qui ont été prises en 2011. Soit, vingt deux ans de pose pour jamais dans l'immortalité.
Figer le vécu
Dix-huit des clichés sont en quadrichromie. « Des fois, je m'essaie à la couleur. C'est quand on se trouve face au moment, à l'endroit qu'on se dit que cette photo est bonne en noir et blanc ou en couleur», explique le génie.
Dans l'assistance, Solo Razaf le guitariste aussi admiratif que respectueux, Fidisoa Ramanahadray, le président du festival « Mois de la photo», complice, se trouvant entre admiration et regard critique. « Si je peux me permettre, Pierrot Men se sent mieux dans le style noir et blanc. Mais dans tous ces clichés, c'est le maître incontestable de la composition », reconnaît Fidisoa Ramanahadray. La photographie sous laquelle le maître a inscrit en bout de papier, datant de 1996,
« Je me voyais comme lui ce soir là », peut suffire à témoigner.
Lumière oppressante, silhouette vacillante d'un homme affalé sur le trottoir, dos au mur. C'est comme si le temps d'une image, l'instant présent survolait l'âme abattu du poète de la photographie. Solo Razaf ajoute une couche d'admiration.
« Je n'ai jamais été aussi capté par la manière d'un shooter de mettre en situation chaque personnage qu'il photographie. C'est beau, c'est humble avant tout, c'est faussement facile ».

Maminirina Rado

Mardi 07 fevrier 2012

L'Express de Madagascar 07/02/2012

Publié dans Photographie

Commenter cet article