Plantes médicinales: certaines peuvent virer au poison

Publié le par Alain GYRE

Plantes médicinales: Certaines peuvent virer au poison

     

 

Mardi, 04 Décembre 2012

"Méfiez-vous des plantes, elles ne sont pas toutes innocentes ! Les plantes à poison existent à Madagascar. Elles appartiennent à différentes catégories pour ne citer que les plantes utilisées pour la pêche aux poissons d'eau douce, les plantes à vertu médicinale devenant des plantes toxiques lorsqu'elles sont utilisées à dose excessive". C'est ce qu'explique le Missouri botanical garden (MBG). Au temps de la monarchie, l'utilisation de " tangena " comme poison d'épreuves était une pratique courante dans l'ordalie. Les graines de Cerbera manghas (Apocynaceae) sont utilisées comme " tangena " sur la côte orientale et le Nord de Madagascar. La racine de Pervillaea venenata (Apocynaceae) est employée dans la zone entre Miandrivazo et Maintirano. Ces plantes sont très toxicardiaques même à dose infime. Sinon, des plantes à vertu médicinale peuvent devenir toxiques à dose excessive. Le Perriera madagascariensis ou " kirondro " a une écorce amère utilisée entre Soalala-Bemaraha et le Sud-Ouest comme tonique à faible dose. Sinon, il provoque une paralysie musculaire.

Plus de 90% des Malagasy ont recours aux plantes médicinales, mais il ne faut pas les utiliser d'une manière inconsidérée. Depuis la nuit des temps, les Malagasy ont recours à des plantes pour se soigner, pour pêcher les poissons... La plupart des plantes utilisées pour la pêche appelées communément " famamo " servent à enivrer les poissons. Le pêcheur utilise les feuilles, le latex ou les racines pour empoisonner les cours d'eau et par la même occasion les poissons. La plupart de ces plantes appartiennent à la famille des Fabaceae avec les genres Tephrosia, Mundulea etc. Il y a aussi le " laro " ou Euphorbia tirucalli de la famille des Euphorbiaceae. Rappelons que la pêche aux poissons utilisant des produits toxiques a été toujours interdite par la loi. Quant aux plantes urticantes, elles provoquent au toucher des démangeaisons ou des vomissements et même de l'hémorragie si elles sont ingérées par mégarde. Le genre Obetia en fait partie avec l'espèce endémique malagasy O. madagascariens (" meahy ") qui se répartit dans les régions Androy et Anosy.

Il en est de même pour l'espèce Urera acuminata (" miana " ou " ampy "), une liane largement répandue dans l'Est de Madagascar, et du Nord au Sud. Elle est urticante. Pareil pour le " komanga " ou Erythrophleum couminga. Cette plante considérée comme mortelle est endémique de Madagascar. Elle pousse sur les formations herbeuses de l'Ouest près de la mer dans la région de Soalala et de Tsiombikibo. Toutes les parties de la plante contiennent du poison. Cette plante a un parfum odorant mais très fort et provoque des fois de l'évanouissement, du vomissement et de l'épistaxis. La légende dit même que des gens ont été retrouvés inertes au pied de ces arbres. La base de données du MBG indique que cette plante a été collectée pour la dernière fois en 1965 par les services forestiers. Les collectes récentes ont été effectuées par les botanistes du MBG en 2003 et 2005. Les membres de l'équipe sont revenus indemnes de cette mission. L'arbre considéré comme maléfique par la population locale a-t-il perdu son effet toxique ?

Recueillis par Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article