Plus que 100 ans pour profiter des forêts malgaches

Publié le par Alain GYRE

ONG Vakanala : « Plus que 100 ans pour profiter des forets malgaches »

jeudi 27 septembre 2012, par Rakotoarilala Ninaivo

« Au rythme destructeur actuel, dans 120 ans, les forets malgaches disparaitront théoriquement en totalité ; mais avec l’utilisation actuelle et la croissance démographique, ça sera surement moins, on va dire 100 ans » a affirmé ce mercredi 26 septembre 2012 Jérôme Lebeau, le coordinateur exécutif de l’ONG Vakanala. Cette déclaration de Jérôme Lebeau est une réaction après la diffusion le 24 septembre 2012, par la National Aeronautics and Space Administration (NASA), de l’image envoyée par le « Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer (MODIS) » ou spectroradiomètre imageur à résolution modérée, à bord de satellite Aqua, qui a acquis une image en vraies couleurs de la localisation des feux de brousse à Madagascar le 10 septembre 2012.

Jérôme Lebeau a estimé qu’il y a un peu de plus de 12 000 000 d’hectares de forêts à Madagascar. Le délai de 100 ans est le chiffre le plus optimiste, « mais ce qu’il faut prendre en compte, c’est l’augmentation des pressions sur ces forêts restantes » dit-il tout en continuant qu’« en fait le chiffre le plus réaliste, tenant compte de l’augmentation de la population, et aussi de la rareté de la ressource, serait plutôt de 50 ans de durée de vie pour les forets malgaches ».

L’ONG malgache Vakanala, traduction en français « perles de forêt », existe depuis 2009 et œuvre dans le domaine de la conservation de la biodiversité et du développement rural. Elle est très engagée dans les opérations de reboisement. Vakanala, à travers son coordinateur exécutif, a expliqué qu’il existe aujourd’hui un programme dénommé Fire Information for Resource Management System (FIRMS) pour permettre aux ONG impliquées dans la gestion des ressources à travers le monde de recueillir des informations sur les feux. Le FIRMS intègre la télédétection et des systèmes d’information géographique (SIG) avec le MODIS pour offrir une ressource d’intérêt mondial sur la localisation des emplacements des feux et la superficie brûlée à travers le monde. Il est financé par la NASA et a instauré le Web Fire Mapper, une interface de cartographie Web qui affiche les points chauds et incendies détectés par le système

Madagascar-Tribune

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article