"Lettre à ma fille" Max Randriantefy

Publié le par Alain GYRE

Poème de la semaine

Lundi, 21 Mai 2012

Est-ce que la vie est un long fleuve tranquille ? Non….Mes amours de filles elles aussi ont toutes passé de mauvaises périodes qui ont gâché leur sérénité et les ont empêché de se pencher vers un avenir meilleur où les âmes et les corps se meuvent en état de symbiose. La recherche permanente d’une nouvelle voie à suivre fut parsemée d’incertitudes générant des moments de stress où les émois négatifs divers régnaient en faisant des ravages sur la confiance en soi. Ce poème était pour moi un moyen pour apaiser certaines tribulations …

Lettre à ma fille

Quand se meuvent la beauté avec la jeunesse

S’épanouissent les fleurs pendant l’été

Quand s’unissent les lumières chargées de gaieté

S’estompent les nuits ombragées de tristesse.

Dans la douceur de ta peau veloutée

Parfumée de soleil des jours hivernaux

Se fondaient les premiers émois dont L’écho

S’amplifiait sur les lacs, les monts et vallées.

Tes cheveux aux couleurs du soleil couchant

Dont se paraît la reine des milles et une nuit

Flottaient comme un drapeau sur des vents changeants

Défiant les temps par ses splendeurs infinies.

Ton cœur qui naguère renfermait des mystères

S’ouvrit pour la détresse d’une fille incomprise ;

Hantée par tes rêves tu vivais un enfer,

Et voguais dans la tourmente de son emprise.

Tu reviendras pour chercher la vérité

Qui sied dans ton cœur aux abords fragiles

L’idylle de la sagesse et maturité

Pourra traverser ces ponts ô difficiles.

Tu sortiras de tes phobies en vainqueur

Et cesseront enfin ces torrents de pleurs,

Le clairon du bonheur sonnera à l’heure

Où ton cœur saura enfin la vraie valeur.

Max Randriantefy.

La Gazette

Publié dans Poèmes malgaches

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article