"Ode pour Gaston RAZAFINDRAZAKA"

Publié le par Alain GYRE

Poème

     

 

Samedi, 23 Février 2013

Perdre un ami, c'est aussi perdre ses repères dans la vie. Mais Gaston restera dans ma mémoire à jamais : le son de sa voix mis sur mode volubile,sa démarche reconnaissable par les épaules légèrement voutées sont résolument fixes, et surtout ses blagues qui déridaient toute une assistance de gens coincés. C'est un homme aux talents multiples dont la curiosité a fait un chercheur émérite. Toujours à l'affût pour rendre service à son prochain, il est le frère que tout un chacun voulait avoir. Gaston et sa femme Yolande ont été mes compagnons pendant de nombreuses années au COMITE DIRECTEUR de l'ASUT TENNIS, au COMITE NATIONAL DE COORDINATION du LAWN-TENNIS, et au COMITE d'ORGANISATION DES PREMIERS JEUX ORPORATIFS d'ANTANANARIVO.

 

Repose en paix mon ami, mon frère.

Ode pour Gaston RAZAFINDRAZAKA

Tu es parti dans ton monde de lumière

En nous laissant tes effluves d'amitié

Tu es passé de l'autre côté mon frère

Sans un regard pour tes amis angoissés.

 

Sur le chemin de ton retour à la terre

Où se sont mariés les vents et les pluies

Qui cachaient à autrui nos larmes amères

Enfouies dans nos cœurs pour la perte d'une vie.

 

Venue te mettre en ta dernière demeure

La foule qui t'aimait, avançait en silence

De crainte de la douleur de par ton absence

Elle marchait cahotante au rythme des cœurs.

 

Dans l'oraison sur le pas de ton tombeau

S'éparpillaient les louanges dans les nuées

Reprises par les anges dont les mélopées

Chantées en chœur nous revenaient en écho.

 

Ton aura de génie dans ses envolées

Recevra l'excellence pour tes écrits

Ta destinée est pour la postérité

Fierté de ta famille et de tes amis.

 

Gaston mon ami, mon frère, tout est fini…

Par ce chant mélancolique des aurevoirs

Qui est l'homélie d'un adieu à la vie

Pousse mon âme blessée à l'autel de l'espoir.

 

MAX RANDRIANTEFY

La Gazettz

Publié dans Poèmes malgaches

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article