"Plus tard" Rado

Publié le par Alain GYRE

ANY AORIANA ANY

 

Hitraky taolam-bato ny havoana tomandavana
Hikentrona toa nofon’ny antitra ho faty
Fahagagana sisa raha mbola hisy mavana
Tsipalotry ny maso ny hay mimainan-draty

 

Takolaky ny maso tsy misy tandran’ala
Ho hany ho tsinjo any : maina tsisy menaka
Toa tavan-jazavavy nilaozana malala
Fa lasa koa ny maitso niankanjoan’ny lemaka

 

Vinanvina sisa tefen’ny eritreritra
Mandokoloko volo ny lasa feno renty
Ny zanaka ny hoavy hitraotra sy ho tezitra
Fa nodorantsika ny tampon’ny tanety.

 

Hitsangana izy ireny hanozona ny razany
Handevilevy antsika, ka saino sy tsahivo
Fa tany karakaina sy maty sisa tazany
Napetrakao ho lovan’ny "Taona rao arivo" .

PLUS TARD

Ces chaînes de montagnes exhiberont leurs os
Ainsi que leur chair fripée de vieux mourant
Ce sera miraculeux si des lieux verdoyants
Peuvent subsister en ce désert rougeaud.

Cette aire dépouillée de ses charmantes forêts
N’offrira au regard que son triste visage
Ravagé comme celui d’une femme en veuvage
Ayant perdu l’attrait de ses vertes vallées.

Comme les enfants à venir ne verront qu’en pensée
Les habits colorés autrefois merveilleux
De tout ce paysage dévasté par le feu,
Indignés ils seront ; contre nous, révoltés.

Ils se mettront à maudire leurs aïeux
En nous imputant la mort de la terre
Soyons donc conscients que le Second Millénaire
N’héritera de nous que des lots miséreux.

 

 

               RADO, septambra, 1976,

              Traduction Voahangy Ramiejamanana ANDRIAMANANTENA

Publié dans Poèmes malgaches

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article