"Pour les pauvres dévorés de punaises aussi grosses que le ciel" Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

Pour les pauvres dévorés de punaises aussi grosses que le ciel,

pour les exilés qui errent,

venant de la cité du jour,

et pour les rebelles et pour les déserteurs

de l’armée ombreuse montant de la terre,

que veulent faire ces élans de palmiers sans nombre

reluisant comme autant de manches de sagaies enduits de graisse végétale,

qui s’élancent immobiles

et dépassent toutes les maisons

jusqu’à ce que leurs cimes,

résonnant de songes de ramiers,

parviennent au toit du monde ?

 

Ils y ondulent, s’écrasent puis s’effeuillent,

mais ne reviennent pas parmi les vivants,

et s’entassent dans le désert des étoiles,

et deviennent des huttes innombrables

pour les mendiants sans litière,

pour les captifs vêtus de leur seule peau puant la poussière,

et pour tous les oiseaux sans nid

qui seront délivrés ensemble.

 

 

Ho an’ny mahantra lanin-kongo-mitapelaka toy ny lanitra,

ho an’ny voasesitany miriorio

avy any amin’ny vohitry ny andro,

ary ho an’ny mpihodina sy an’ny mpiverina ilàlana

amin’ny tafika-aloka misondrotra avy amin’ny tany,

te-hanao inona ireto tsaokam-pandrana tsy hita isa,

mamiratra toa zaran-defona voahosotra mena-kazo,

izay miantoraka tsy mihetsika

ary mihoatra ny trano rehetra

mandra-pahatoharan’ny tendrony

miraondraona nofin-domohina,

eo amin’y tafon’izao rehetra izao ?

 

Mivalombalona eny izy, potika dia mihintsana,

nefa tsy miverina aty amin’ny velona,

fa miavosa eny amin’ny efitry ny kintana,

ary tonga trano bongo marobe

ho an’ny mpangataka tsy manan-dafika,

ho an’ny babo tsy manan-kotinafy afa-tsy ny hodiny maimbo vovoka,

sy ho an’ny vorona tsy manana ankany rehetra

izay hiara-voavotra.

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit

Nadika tamin’Ny Alina

Editions Tsipika

 

Commenter cet article