Pour quels fruits, pour quelles grappes Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

Pour quels fruits, pour quelles grappes

tombés dans l’herbe

et cachés par les ramilles ?

 

Pour quelles gemmes taillées

confondues avec les cailloux

couverts de brume épaisse ?

 

Entre des mains calleuses

et rudes comme du pain

dévoré par le soleil,

des mains faites de doigts palmés

sans couleur,

voici des myriades de torches

à la recherche de ce qui fut perdu

sur la terre

et qui germe au milieu de la prairie de chiendents

qui est devenu tout ce que peut embrasser le regard.

 

 

Voa inona, salohy inona

no nianjera ao anary ahitra

ary afenin’ny rantsa-madinika ?

 

Vatosoa voadidy inona

no mifangaro amin’akoravato

rako-javo-matevina ?

 

Anaty tànana kitroina

sy henjana toa mofo

nianjadian’ny hain’andro,

tànana vitan-drantsa-miraikitra

tsy misy lokony,

indreto fototra arivoarivo

mitady ny very

ary an-tany

ary mamaka eo ampovoan’ny tanimbilom-pandrotrarana

izay nanjarian’ny takamaso rehetra.

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit

Nadika tamin’ny Alina

Editions Tsipika

 

Commenter cet article