"Printemps" Rado

Publié le par Alain GYRE

Printemps

 

Je ne rêve pas, mais je vois en pensée

la lointaine campagne en cet instant :

et les vertes rizières, et le ciel du matin

et le ruisseau qui coule à travers les rochers.

 

Les branches du jour qui épaississent les collines

et le vent qui souffle pliant les herbes hautes,

les feux des bouviers courant dans tous les sens

Entends, les chants des oiseaux qui font danser les tiges des joncs !

 

Majestueux sont les endroits abrités sous les fleurs des lilas

Qui invitent toute la famille à préparer le repas dans les champs,

les nombreux sentiers sont parés de belles fleurs épanouies

incitant les enfants à commencer leurs jeux et danses.

 

Parfois se font entendre les claquements des fouets portés par le vent

se mêlant aux cris de ceux qui chassent les sauterelles…

Oh ! Je me souviens bien des sourires des paysans

savourant le bonheur de leur village adoré !

 

Sueur, p. 11

 

Tsy manonofy aho  tsy akory, fa dia tazako ao an-tsaina

ny any ambanivohitra any amin’izao fotoana izao :

na ny tanimbary maitso, na ny lanitra maraina,

na ny rano mikoriana ao anaty vato ao.

 

E ! izany rantsan’andro izay mitevina ny havoana

sy ny rivotra mitsoka mampilamaka ny antsoro,

ny donak’afom-piandry omby, indreo, mimaona dia mimaona…

Ny siokam-boron-kely, injany, mampandihy ireo zozoro !

 

Kasikasy ery ireo toerana mielo fanjan’ny voandelaka,

mihantsy ny mpianakavy hahandro hanina eny an-tsaha.

Ny lalan-kely maro feno vony soa mivelatra

manaitra ireo ankizy maro hanomboka ny fampitaha.

 

Tefotefo-karavasy aseran-drivotra no injany

mifangaro amin’ny horaka mpisambotra valala…

O ! tsaroako dia tsaroaka ny tsikin’ny mpiasa tany,

mitsinjo izato hafalian’ilay tanànany malala !

 

Dinitra, p. 11

 

Georges ANDRIAMA NANTENA (RADO)

Textes malgaches choisis et traduits par

François-Xavier RAZAFIMAHATRATRA

 

 

Publié dans Poèmes malgaches

Commenter cet article