Production rizicole biologique

Publié le par Alain GYRE

Production rizicole biologique: Le groupement SRI sera à la conférence de Montpellier

     

 

Mardi, 14 Août 2012

Le GSRI ou Groupement du système de riziculture intensif sera représenté à la première conférence internationale sur les systèmes de production rizicole biologique.

Cette conférence organisée par l’Institut national de la recherche agronomique - France (INRA) se tiendra à Montpellier du 27 au 30 août 2012. Elle s’adresse aux chercheurs et aux acteurs de la filière dont les riziculteurs, les organisations professionnelles et leurs partenaires, les entreprises, etc. La conférence se veut une plateforme d’échange entre chercheurs, riziculteurs et autres acteurs de la filière. Pour le GSRI, sa représentante évoquera les résultats de ses recherches expliqués dans son mémoire de fin d’études à l’Ecole supérieure des sciences agronomiques (ESSA). Ces recherches ont porté sur l’étude économique de la fertilisation du sol sur culture de riz en SRI, laquelle se penche plus particulièrement sur le cas de l’utilisation de compost dans la commune rurale de Behenjy. Ce mémoire a été réalisé dans le cadre du chantier « Expérimentation et recherche en milieu paysan ». Ce chantier est animé par le secrétariat du GSRI et soutenu par des membres de ce groupement dont des entreprises, l’ESSA et le Centre national de recherche pour le développement rural (FOFIFA).

Notons que la conférence se focalisera sur la production de riz biologique dans différentes régions du monde dont Madagascar, le Brésil, le Cambodge, le Bangladesh, l’Inde, le Mali, la Guinée… L’objectif est d’établir un état des connaissances sur le fonctionnement des systèmes de production biologique à différentes échelles de temps et d’espace. La conférence entend aussi identifier les innovations en cours et les leviers de développement de ces systèmes, analyser les impacts des modes de production biologique sur l’alimentation et la santé ainsi que sur leur contribution au développement durable. Les échanges lors de cette conférence devraient également permettre d’analyser les impacts des politiques publiques et de proposer des lignes directrices. A Madagascar, le SRI est encore loin de gagner les champs même si ce système à très haut rendement allant jusqu’à 12 t/ha, et pratiqué dans plusieurs dizaines de pays, a été découvert dans le pays. Le GSRI rappelle toutefois que le SRI est une méthode culturale respectueuse de l’environnement. Signalons aussi que la grande majorité de la production rizicole du pays est biologique sans être certifiée comme telle.

En effet, l’utilisation d’engrais chimique est peu courante faute de pouvoir d’achat. Dans certaines régions comme le Menabe et le Bongolava, les paysans n’utilisent aucun engrais. Un fait retient l’attention : près des 4/5ème du riz mondial est cultivé par des petits agriculteurs des pays en développement à faible revenu. Le riz est pourtant la 2ème céréale la plus produite dans le monde avec une production mondiale de 459,7 millions de tonnes en 2010 d’après la FAO. La consommation mondiale est de 13 400 kg/seconde, soit 424 millions de tonnes par an. La FAO avance que la consommation mondiale devrait augmenter d’un peu plus de 1% par an entre 2012 et 2022, contre 1,7% sur la période 1990-2010.

Recueillis par Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article