Promotion du Tourisme à Mahajanga: Sortir des sentiers battus

Publié le par Alain GYRE

Promotion du Tourisme à Mahajanga: Sortir des sentiers battus

Lundi, 21 Juillet 2014

 

Quand on parle de Mahajanga, les premières images qui surgissent à l’esprit c’est le bord la mer, le vieux baobab, ainsi que les plages.

 

Des atouts considérables mais qui ne suffisent pas car, même étant la première destination du tourisme national, la ville de Mahajanga peine à charmer les touristes internationaux. Pour séduire le maximum de visiteurs, la région Boeny offre des nouveaux sites touristiques à visiter pour plus de découvertes, à travers l’Office régional du Tourisme. La promotion de ces nouveaux sites offre une nouvelle perspective pour le tourisme local. On peut citer la baie de Bombetoka et Katsepy, le Complexe Mahavavy Kinkony et enfin le Comptoir Antalaotra, du nord-ouest de la Grande île.

 

La baie de Bombetoka et Katsepy

 

La baie de Bombetoka qui tient son nom des mots « Bao be toka », signifiant « l’unique grand baobab », est la porte d’entrée de la partie sud de la région dont Mitsinjo et Soalala, entre autres. Sur la péninsule de Katsepy se trouvant à 12 km de la ville de Mahajanga, on peut faire des balades intéressantes. Parmi elles, la découverte du village des pêcheurs tout au long du bord de la mer, la visite du phare pour admirer la vue panoramique sur la baie et le canal de Mozambique. Il y a également la visite des mines de célestite de Sankoany, à 13 km au sud de Katsepy, la visite du cirque bleu et enfin la visite du cirque d’érosion naturelle, couronnée d’affleurements déposés par une importante régression marine, à une époque lointaine. Autant de découvertes possibles, seulement à 45 minutes de la vile de Mahajanga.

 

Le Complexe

 

Mahavavy kinkony

 

Localisé dans le district de Mitsinjo et la province de Mahajanga, le complexe des zones humides de Mahavavy - Kinkony fait partie de la zone d'importance pour la conservation des oiseaux de l’ouest malgache. Il a une superficie d'environ 258 900 ha. Il abrite aussi 100% des oiseaux de l’ouest malgache, tels que le gravelot de Madagascar, le râle d’Olivier et l’aigle pêcheur de Madagascar (avec 133 espèces recensées). Mais il est également un sanctuaire des poissons avec 30 espèces recensées, de reptiles et amphibiens composés par 18 espèces dont la grande tortue d’eau douce Erymnochelys madagascariensis, des lémuriens avec ses neuf espèces dont le Propithecus verreauxi coronatus et le Hapalemur griseus occidentalis, et enfin une grande colonie des chauves-souris avec huit espèces et 125 genres de plantes dont Eugenia sakalavarum, Borassus madagascariensis. Le lac Kinkony et ses lacs satellites ont une potentialité écotouristique et socioculturelle énorme.

 

Le Comptoir Antalaotra du nord-ouest de Madagascar

 

L’ilot est éloigné seulement d’un kilomètre et demi du rivage du village des pécheurs de Boeny, appelée Ampasy. Il mesure 2,500 km de longueur et 500 m environ de largeur. Seule la partie centrale de l’ilot, et à la rigueur la pointe nord-est offrent des possibilités d’habitation. Le Sud-ouest est submergé aux fortes marées et est recouvert d’une végétation halophile (herbes et mangroves). Des sites archéologiques importants ont été localisés dans la baie. Il en est ainsi du cimetière islamique,  du cimetière des Kajemby, encore utilisé de nos jours.  Un site localisé un peu au Nord du cimetière islamique actuel mais à l’intérieur des terres qui a fourni des poteries locales encore non datées. Autant de vestiges archéologiques à découvrir, dans un monde où se rencontrent le passé et le présent.

 

Y.L

La Gazerre

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article