Protection d’Andasibe-Mantadia: Miser sur les activités génératrices de revenus

Publié le par Alain GYRE

Protection d’Andasibe-Mantadia: Miser sur les activités génératrices de revenus

     

 

Mercredi, 08 Mai 2013

Des comités locaux de protection ont été instaurés par les communautés vivant aux alentours du parc national d’Andasibe-Mantadia.

Des activités génératrices de revenus ont été développées pour éviter que les paysans soient contraints à défricher les forêts. Pour préserver la biodiversité exceptionnelle de Madagascar, il est essentiel de travailler main dans la main avec les populations locales. Madagascar est une île réputée pour la richesse de sa biodiversité. Un travail de sensibilisation a été fait auprès des populations pour qu’elles œuvrent à préserver cette richesse. « Depuis plusieurs années, je constate une dégradation du climat. J’en ai conclu qu’il faut à tout prix sauvegarder l’environnement. C’est pour cela que je participe à l’effort de protection de la forêt dans la région d’Andasibe », explique Hervé Paulo Ramanandraisetra. Ce jeune homme de 22 ans est un membre actif des Comités locaux de protection (CLP) mis en place par les communautés vivant aux alentours du parc national d’Andasibe-Mantadia, parc national de 16 000 ha localisé à l’est du pays et réputé pour ses orchidées et sa population d’indri indri (la plus grosse espèce de lémuriens).

Les CLP travaillent en étroite collaboration ave Madagascar national parks (MNP), chargé de gérer les aires protégées, grâce à un financement de la Banque mondiale. Selon Andriamandimbisoa Raoliharivao, directeur du parc national Andasibe-Mantadia, « l’objectif de cette collaboration est d’intégrer la population dans la conservation des aires protégées, à travers des activités de co-surveillance et de co-gestion ». Car pour limiter la pression que les communautés exercent sur les ressources naturelles, il est indispensable, selon lui, de les sensibiliser et de les associer à ce travail de conservation. Les membres des CLP effectuent une mission de 10 à 15 jours par mois, et reçoivent durant cette période une indemnité quotidienne de 5 000 ariary (environ 2,5 dollars). Leur mission ? Sensibiliser les communautés sur l’importance de préserver les ressources naturelles du parc, participer à des patrouilles de surveillance et contribuer à sa gestion en collaboration avec les équipes de MNP.

Les activités de surveillance s’intéressent à la faune et à la flore. Il s’agit de constater d’éventuels décès d’espèces animales protégées, dont l’indri indri; ou de voir s’il n’y a pas de défrichement, de coupes illicites de bois ou de vols d’orchidées. Les CLP travaillent sur des carreaux de surveillance de 25 ha chacun. Ils collaborent également avec les agents de MNP au suivi écologique de la faune et de la flore à travers 3 sites dédiés, afin de vérifier s’il n’y a pas de modification des espèces. Si les aires protégées d’Andasibe font l’objet d’autant d’attention, c’est parce qu’elles subissent une forte pression de la part des populations riveraines. En particulier, dans la zone nord du parc, la présence de déboisements à travers la technique de culture sur brulis (tavy) a été constatée ces derniers mois. Afin de tenter de résoudre ce problème, MNP renforce la collaboration avec les communautés, les représentants de structures étatiques et le secteur privé. Des notables locaux participent à cet effort. Ainsi, le tangalamena Dimasy préside le CLP du village de Mahatsara, et use de toute son influence pour sensibiliser ses concitoyens à la nécessité de respecter la forêt : « Si cette forêt disparaît, les touristes ne viendront plus, et nous n’aurons plus de revenus, car nous n’aurons plus de travail ». Pêcheur à Maroantsetra, Olinka reste un peu sceptique : « D’abord on devrait s’occuper des êtres humains. Les lémuriens, les forêts et l’eau doivent passer après, car si les hommes ont faim, ils ne peuvent prendre soin de l’environnement »… La directrice-pays de la Banque mondiale pour Madagascar, Haleh Bridi avance : « Il est nécessaire de concilier les intérêts des hommes avec la sauvegarde des ressources naturelles du pays. Pour la Banque mondiale, l’être humain est la finalité des actions de protection de l’environnement, afin que la population, mais aussi les entreprises, puissent jouir des ressources offertes par la nature, tout en veillant à préserver les intérêts des générations futures »…

(Source : Banque mondiale)

La Gazette

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article