"Que de fois relayés" Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

Que de fois relayés

et que de fois les mêmes,

dans la lumière ruisselante,

les laboureurs de l’azur ?

 

Ont semé quelles graines,

ont planté quelles tiges

au royaume du vent

et sur les monts arasés ?

 

Sont en quel inconnu,

derrière quel feuillage

et sur quelle herbe haute,

près des rives du soir ?

 

Boivent à une source noire,

arrachent cressons et menthes,

puis, couchés sur le dos,

regardent les astres croître

jusqu’à votre éclosion,

ô glaïeuls rouges et noirs,

et jusqu’au saccage par le jour

de leurs aires aériennes.

 

 

Impiry mifampisolo

impiry izy ihany,

tanary hazavana manamika,

ny mpiasa tany eny an-kany ?

 

Namafy voa inona,

namboly taho inona,

teo amin’ny fanjakan’ny rivotra

sy ny tendrombohitra nahatsaka ?

 

Lasa an-dakira aiza,

an-damosin-dravina inona

sy ambony ahitra avo

eo antsisin’ny hariva ?

 

Minono am-boika mainty,

sy miraotra anandrano sy solila,

dia indreo mitsilany,

mitsinjo ny kinta-mitsiry

mandra-pivakinareo,

ry tenina mena sy mainty,

ary mandra-pandroban’ny andro

ny famoloany eny an-danitra ambony.

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit

Nadika tamin’ny Alina

Editions Tsipika

 

 

Commenter cet article