Randiambe ou le serpent à sept têtes.

Publié le par Alain GYRE

247 Randiambe ou le serpent à sept têtes.
Recueilli à Ankiabe

(province de Maroantsetra)

 

Il y avait, dit-on, un homme très riche appelé Randiambé.

Il habitait avec sa famille et ses esclaves dans un village, près d'un petit lac.

Un jour, il se promena dans la forêt et trouva un œuf d'une très grande dimension.

Il le porta à la maison et le fit couver par une poule. .

Au bout d'un certain temps, de l'œuf sortit un petit serpent qui avait sept têtes séparées les unes des autres.

La famille et les esclaves désiraient le tuer, mais Randiambé ne voulut pas. Il le fit élever dans la maison puis, lorsqu'il commença à devenir plus gros, il le mit dans le petit lac non loin du village.

Bientôt le serpent fut énorme et demanda à Randiambé de lui donner à manger tous les coqs, poules, poulets, poussins du village.

Randiambé les lui donna car il l'aimait.

Après ce fut le tour des oies, et Randiambé les lui donna aussi, puis les chiens, les cochons et les bœufs.

Un jour, quand il eut mangé tous ces animaux, il demanda les esclaves et toute la famille.

«  Mange-les tous, avec moi aussi a, dit Randiambé. »

Bientôt le village fut vide.

Pourtant un petit garçon de douze ans et une petite fille de huit ans qui étaient en promenade furent épargnés.

A leur retour, trouvant le village vide, ils furent saisis de peur, et se sauvèrent sur une haute montagne où ils habitèrent et plus tard se marièrent.

Ils eurent un petit garçon du nom d'Andriambslontsolabato, parce qu'il était né sur une haute montagne pleine de pierres.

L'enfant devint hardi et courageux.

Un jour, il demanda à son père : 

« Où est donc notre famille. Pourquoi habitons-nous ici sur cette montagne silencieuse ? »

« Notre village est à l'Est » répondit le père, et il raconta que le grand-père avait élevé le fananipitoloha (1) dans le petit lac et que l'animal avait mangé tout le village.

Entendant ce récit, Andriambélo forgea une longue épée qu'il aiguisa, puis il partit emportant avec l'épée un gros morceau de suif.

Arrivé dans le village, il entra dans la plus grande maison qui était au milieu.

II alluma du feu et fit brûler du suif.

L'odeur attira le fananipitoloha qui entra dans la maison.

Mais comme chaque tête se présentait successivement l'une après l'autre.

Andriambélo les coupait toutes, et bientôt le serpent fut mort.

Sa tâche terminée, Andriambélo retourna chez ses parents et leur annonça la bonne
nouvelle.

Tout joyeux, ils reprirent avec leur fils le chemin du village, pour voir leur ennemi mort.

Ils le trouvèrent, le découpèrent, et de son corps sortirent toute leur famille, leurs esclaves et leurs bêtes qui étaient encore en vie.

Alors, le grand-père dit à son petit-fiis :

« C'est toi maintenant qui est le chef car sans ton courage nous serions encore morts ».

C'est ainsi qu'Andriambélo devint le roi du grand village.

 

(1)   Nom d'un serpent fabuleux à sept têtes, comme l'hydre à sept têtes.

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

 

Publié dans Contes de Madagascar

Commenter cet article