Recherche scientifique: des bactéries dans l'industriel

Publié le par Alain GYRE

Recherche scientifique : Des bactéries dans l’industriel

La science cherche à impliquer les bactéries dans la pharmacologie
et l’agriculture. Certaines recherches se font en terre malgache.

«Rien ne se perd... Tout se transforme », comme l’a dit Lavoisier, le célèbre chimiste français. L’évolution de la science ne cesse d’impressionner. Mardi, le film IRD (Institut de Recherche pour le Développement) Bacté­riland a été projeté à l’Institut Français de Mada­gascar (Ifm), à Analakely. Pendant une cinquantaine de minutes, les assistants ont fait face à une recherche scientifique géante sur la transformation des bactéries, étant souvent considéré comme porteur de maladie chez un individu ou une plante. Les bactéries sont, pourtant, indispensables dans le corps d’un individu. À l’étranger, les chercheurs parlent d’une « bactérie-thérapie » qui est l’usage de certaines bactéries dans le secteur pharmaceutique comme le vaccin et le traitement du cancer. « Certaines bactéries absorbent la tumeur. C’est pourquoi, elles interviennent dans le traitement du cancer après avoir été pharmacopées », lance un chercheur. À Madagascar, des produits alimentaires sont faits à base de bactéries.
« Les bactéries pathogènes sont porteuses de maladies. Yaourt, la levure, la bière,…sont faits avec des bactéries utiles. Celles-ci interviennent dans la fermentation, le goût et la texture. Seulement, il y a une température d’incubation à régler », explique Hasina Andriamady, microbiologiste au sein du ministère de la Santé publique.
Intensification agricole
En Inde, un savon est composé de bactéries. Chercheur au sein de l’IRD, Laetitia Bernard s’investit pour une intensification écologique de l’agriculture à Madagascar en utilisant des bactéries. De nature tropicale, le sol malgache nécessite d’engrais phos­phatés. Or, ceux-ci coûtent chers aux petits paysans.
Il est donc, utile de contrôler le processus microbien du sol afin de libérer le phosphore minéral qui est indispensable à la croissance de la plante. « Les sols de Madagascar sont des sols à faible teneur en phosphore minéral mais principalement organique et donc inutilisable directement par les plantes. Les bactéries sont capables de transformer le phosphore organique en minéral », expose-t-elle.
Un avis partagé par Haritiana Ravokatra, ingénieur agronome. « Les engrais organiques que nos exploitants utilisent ne sont pas absorbés directement par la plante.
Celle-ci absorbe minéral par minéral. Les bactéries favorisent ce processus », soutient-il. Dans les pays désertiques, une solution à base de bactéries permet d’arroser et donc de faire pousser une plante.

Michella Raharisoa

Jeudi 18 octobre 2012

L’Express

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

meranthe 20/10/2012 18:57

il faut essayer si ça permet d'augmenter les rendements