Région Bongolava: Infestée par des essaims de criquets

Publié le par Alain GYRE

Région Bongolava: Infestée par des essaims de criquets

     

 

Jeudi, 18 Avril 2013

Impuissante et désemparée, la population de la région Bongolava ne sait plus quoi faire des essaims de criquets qui envahissent la localité depuis des mois.

La totalité des cultures de la région est infestée. Pas d’insecticide ni même de carburants pour la Direction régionale du développement rural (DRDR) pour constater les faits sur terrain. Jusque-là, ce sont les paysans qui cotisent pour permettre aux responsables locaux de se déplacer, espérant en retour que ces derniers puissent trouver quelque chose auprès des autorités compétentes pour faire face à la situation. Mais les moyens de ces paysans qui craignent d’ores et déjà l’insuffisance de la production cette année ont des limites. La lutte antiacridienne doit impérativement commencer et doit traiter les zones d'éclosion des larves pour éviter un scénario catastrophe d'ici quelques semaines.

La région Bongolava avec ses 17.209 km_ de superficie et 320.410 habitants, vit essentiellement des activités agricoles (87 % de la population sont des ruraux). C’est une région caractérisée par la prédominance de sols ferralitiques d’un potentiel agricole important. Dans l'ensemble, la riziculture principalement pluviale prédomine, occupant 100.000 hectares, suivie de près par la culture du maïs estimée à 35.000 hectares, celle du manioc sur 20.000 hectares et pour les légumineuses, 6.000 hectares. Les principales cultures industrielles et de rente sont le tabac (4.000 hectares), les cultures horticoles (500 hectares) et l’arboriculture. Mais la pauvreté des ménages prévaut, ne permettant pas aux paysans d’appliquer les techniques culturales qu’ils connaissent mal d’ailleurs, mais qui leur permettraient d’avoir de meilleurs résultats. Qui plus est, ils n’ont pas accès à l’eau potable.

Pour en revenir aux criquets, en 2012, dans toute l’île, les superficies touchées ont avoisiné les 500.000 hectares. A la fin de 2011, la superficie infectée a doublé et les essaims qui s’attaquent habituellement dans le Sud de la Grande île ont atteint les régions Bongolava et Itasy.

NIR

La Gazette

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article