Rentrée scolaire: Dépenses phénoménales pour les parents

Publié le par Alain GYRE

Rentrée scolaire: Dépenses phénoménales pour les parents          

Mardi, 26 Août 2014

Pendant que les enfants savourent avec insouciance les joies des vacances scolaires, les parents d’élèves n’ont plus la tête à y penser car ils sont actuellement confrontés aux préoccupations de la rentrée scolaire. « Les parents qui ont des enfants à l’école s’accordent tous à dire que les périodes de vacances sont d’autant plus dures à surmonter économiquement parlant que les périodes scolaires » s’exclame Ndranto un jeune père de 3 enfants. Une réalité à laquelle tous les parents doivent faire face et plus particulièrement ceux qui envoient leurs enfants dans les écoles privées « Pour mon fils qui est en classe de 3ème j’ai dû débourser 100.000 ariary pour les frais d’inscription, les frais généraux ainsi que son écolage » souligne Madame Josiane. Si telle est la somme qu’il faut débourser en ce début d’année scolaire pour un enfant, nous pouvons sérieusement nous demander comment les ménages malgaches à revenu moyen feront étant donné qu’en principe une famille malgache a en moyenne 3 enfants. « Le montant final dépend strictement de l’école et de la qualité de l’enseignement mais ma femme et moi voulions le meilleur pour nos enfants alors on préfère les inscrire dans la meilleure école bien que c’est au-dessus de nos moyens » affirme Ndranto.

 

Madagascar étant un pays extrêmement pauvre, les ménages qui n’ont pas le moyen d’inscrire leurs enfants dans les écoles privées sont de plus en plus nombreux. Et pourtant même dans les écoles publiques, la gratuité de l’enseignement n’est pas encore effective. Au grand étonnement de tous et à l’opposé du contenu du discours bien éloquent lors de l’investiture présidentielle, pour cette année scolaire, les parents doivent encore payer pour scolariser leurs enfants. Dans les différentes EPP de la ville, les frais généraux dont le montant varie selon les écoles restent une condition sine qua non pour l’admission d’un élève aux écoles publiques. Dans les lycées, les frais généraux peuvent même s’élever jusqu’à 45.000 ariary.

 

Pourtant, les frais généraux, droits d’inscription et les écolages ne sont pas les seules contraintes des parents à la veille de la rentrée. L’achat des fournitures scolaires est également un des fardeaux parentaux en cette période. « Pour mon fils, je dois débourser au moins 120.000 ariary pour l’achat de toutes ses fournitures scolaires » relate Madame Josiane. Les stands qui proposent la vente des fournitures scolaires commencent à être visibles un peu partout dans la ville d’Antananarivo. Un paquet de 10 cahiers de 100 pages et un paquet de 5 cahiers de 200 pages coûtent 7.000 ariary. D’autres plus méthodiques ont trouvé l’astuce idéale. « Pour ne pas être confrontée aux dépenses de la rentrée scolaires lié à l’achat des fournitures, je les achète petit à petit au cours de l’année scolaire » raconte Georgette une mère de 4 enfants.

 

Pourtant, malgré les difficultés de la vie, les parents essaient tant bien que mal de faire tout leur possible pour offrir le meilleur pour leurs enfants pour que ces derniers aient l’envie de continuer leurs études.

 

Yanne Lomelle

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article