Retournement des morts: les dépenses sont onéreuses

Publié le par Alain GYRE

Retournement des morts: Les dépenses sont onéreuses

     

 

Mardi, 14 Août 2012

Le retournement des morts est un rite ancestral très encré dans la vie malgache des Hautes Terres. Le famadihana, ou exhumation, est renouvelé environ tous les 7 ans, pendant la saison sèche (entre Juin et Octobre).

L’hiver austral, c’est le moment propice pour la cérémonie de retournement des morts ou famadihana. Cette cérémonie fait partie du culte des ancêtres. Elle consiste en un rituel bien défini, basé sur l'exhumation des morts par la famille, le changement de linceul, et le retour dans le tombeau, existant ou nouveau. C'est une journée de devoir envers les ancêtres, chargée de respect et de vénération, et de communion entre les vivants et les morts car ils vont passer une journée entière ensemble, avec des contacts non seulement spirituels mais physiques. Ayant un pouvoir bénéfique dans la culture malgache, c'est une occasion de demander les bénédictions des ancêtres ainsi que leur protection. Tous ces aspects font du famadihana une grande journée de réjouissances, qui s'exprimera par le partage et par de la musique, des chants et des danses. C’est aussi l’occasion de rassembler tous les membres et amis de la famille ou le lieu des réconciliations

Bien que dans la capitale, les cérémonies se fassent rare, elles persistent encore dans les zones rurales ou en périphérie. La cérémonie du Famadihana dure deux à trois jours et les dépenses sont très onéreuses. Pour une mère de famille vivant à Ambohimanarina, ayant deux enfants, abandonnée par son mari, il faut qu’elle cotise avec ses frères et sœurs depuis le début de l’année pour se préparer au jour J. « Je dois payer les cotisations pour que ma famille me porte un peu de considération et que je ne sois pas abandonnée par les miens le jour où j’aurai besoin d’eux » affirme-t-elle. Elle qui doit verser 50 000 Ariary par mois depuis Janvier. Un peu cher quand même mais c’est la tradition qui le veut.

La Gazette

Publié dans Coutumes

Commenter cet article