RN5: à quand la réhabilitation?

Publié le par Alain GYRE

RN5 : à quand la réhabilitation ?
(16-01-2013)
 Depuis quelques années, la route nationale 5 reliant Toamasina à Soanierana-Ivongo est en état de délabrement total alors que la région regorge beaucoup de potentialités économiques. La population reste dans l’incertitude et se demande à quand aura lieu la réhabilitation de cette infrastructure routière.
 

1-rn5.jpg  1-foulpointe-245x163.jpg
 
La plage de Foulpointe, l'une des plus grandes destinations balnéaires les plus prisées à Madagascar
© TGN
En octobre dernier, le Président de la Transition lors d’un voyage à Toamasina, a déclaré la réhabilitation prochaine de la route nationale 5 reliant la capitale économique de la Grande Ile à la région Analanjirofo et longeant la côte-Est. Mais jusqu’à maintenant, rien n’est encore entamé. La population se demande ainsi quand aura lieu la réhabilitation, vu que cette région engorge beaucoup de potentialités économiques agricoles que minières et touristiques.

En matière de tourisme, qui constitue l’un des premiers secteurs pourvoyeurs d’emplois et de revenus à la population et aux opérateurs de cette région, l’état de la route constitue un grand frein. Grand frein car malgré la hausse du nombre d’infrastructures d’accueil et de restauration du lieu, les touristes n’osent plus rejoindre cette partie. Pour aller à Foulpointe par exemple, qui constitue l’une des plus grandes destinations balnéaires très prisées par les touristes nationaux qu’étrangers dont les croisiéristes, avec son fin sable blanc et ses vestiges historiques, il faut taper les 54Km en 90mn voire même 2 heures alors qu’auparavant, ce trajet se faisait à moins d’une demi-heure ou une heure au total.

En matière agricole, cette région engorge beaucoup de produits exportables (litchis, girofles…), l’état des routes fait augmenter les charges et les frais d’approches. Une situation que la population trouve inconcevable et à laquelle elle demande une réhabilitation expresse.

Solofo Andrianjakarivelo

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article