Rova Manjakamiadana: Une reconstruction impossible

Publié le par Alain GYRE

Rova Manjakamiadana: Une reconstruction impossible       

Mercredi, 06 Novembre 2013

La réhabilitation du Palais de la Reine Manjakamiadana qu’on a incendié dans la nuit du 6 novembre 1995, est loin d’être parachevée. Bien qu’à l’époque, les dons, les cotisations de toute part et les aides financières pleuvaient, la reconstruction totale ne s’est jamais faite. Aucune parmi les autorités qui se sont succédé n’était en mesure d’avancer la somme requise, se contentant de dénoncer des détournements. Cela dit, bien que la reconstruction du Rova de Manjakamiadana ait débuté en 2008 (il était temps), beaucoup reste encore à faire. Quelque part, certains pensent qu’on aurait dû le garder tel quel après l’incendie, c’est-à-dire dans son état délabré, avec ses vestiges, témoins d’une histoire tumultueuse. Auquel cas, il ne serait resté que les ruines laissées par ce feu désastreux dont l’origine reste encore méconnue jusqu’à ce jour. Cette destruction impensable a été vécue par la population comme un traumatisme moral, psychologique, ontologique. Par cet acte, on s’est attaqué aux symboles de l’Histoire et à la mémoire des grands ancêtres dont les tombeaux ont brûlés. Les collections d'œuvres d'art, les intérieurs et les toitures ont disparu dans les flammes à l’exception de quelques trésors.

Incendie criminel ou accident ? Les cerveaux comme les auteurs de cet acte n’ont jamais été identifiés 18 ans après. Etant un lieu qui renferme l’histoire, l’origine, la culture et l’essence même de l’Imerina, l’enjeu de la reconstruction pourrait être multiple. Et aussi, les entreprises en charge des travaux de reconstruction devront user de leur savoir-faire pour restituer l’architecture initiale. Quoique reconstruire le Rova de Manjakamiadana à l’identique n’est plus possible.

 

Historiquement, Manjakamiadana ne retrouve pas sa fonction politique après l’indépendance et intègre le patrimoine national de la République malgache. Visible à des kilomètres, ce site était depuis le XVIIe siècle au moins le siège d'une importante garnison royale merina. Entièrement construit en bois, c’est un ensemble de bâtiment dont cinq palais, un temple et neuf tombeaux érigés par Jean Laborde en 1839, le roi Andrianjaka (1610-1630), Andriamasinavalona (1675 -1710), Andrianampoinimerina (1787-1810), Radama I (1810-1828), Ranavalona I (1828-1861), Radama II (1861-1863), la reine Rasoherina (1863 – 1868), Ranavalona II (1868 à 1883) et enfin Ranavalona III(1883-1895) s’y sont succédé. Pour mémoriser cette date marquante de l’histoire de Madagascar, un évènement culturel intitulé "Iaino Manjakamiadana" aura lieu le demain. Une exposition, un atelier concernant la commémoration de l'incendie du Rova Manjakamiadana et une élocution portant sur le palais vu par la jeunesse seront au programme à partir de 9 heures.

 

 

 

NIR

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article