Rugby à XV: Madagascar champion d'Afrique

Publié le par Alain GYRE

Rugby à XV: Madagascar champion d’Afrique !

 

Lundi, 09 Juillet 2012

Madagascar est devenu hier champion d’Afrique des Nations de Rugby, au terme d’une époustouflante course poursuite qui a tenu le public en haleine. Score final, après prolongation, Madagascar : 57, Namibie : 54. Un exploit à saluer de façon vibrante car un tel triomphe continental ne nous arrive que rarement, surtout dans les sports collectifs         

Madagascar a remporté hier la finale de la Coupe d’Afrique des Nations, tournoi organisé à Antananarivo par la Confédération Africaine de Rugby. Mais du coup, l’île prend aussi la tête de la division 1B dans les éliminatoires pour le championnat du monde de Rugby (Londres 2015), et se met en pôle position pour le reste de la compétition. Par cette victoire étriquée, mais obtenue avec brio, le rugby a offert hier à la population malgache un moment d’intense exaltation, et une occasion de communier dans la joie et l’allégresse. Il n’y a que le sport qui insuffle aux Malgaches un tel degré d’enthousiasme et d’euphorie. Ceci compense les graves désillusions enregistrées par le pays dans le domaine politique…

Avec de brillantes individualités comme José, Coco, Sydonie, Rija, Biby et autres Toussaint, les Makis constituent peut-être la meilleure équipe nationale malgache de rugby de tous les temps. Mercredi face au Maroc, ex-champion d’Afrique battu 35-28, cette formation a déjà démontré une étonnante qualité de jeu. Des doutes cependant sont nés face à la Namibie, équipe qui a participé à la Coupe du Monde de Rugby de 2011 en Nouvelle-Zélande et qui a écrasé Madagascar par le passé.

En raison de la proximité d’ailleurs, ce pays a l’occasion de se frotter fréquemment à l’Afrique du Sud, nation dont le niveau est tellement élevé qu’elle ne participe plus au championnat d’Afrique. Les inquiétudes sont nées du fait que les Makis présentent un handicap majeur : un pack d’avant léger et peu solide. Effectivement, dès le début du match d’hier, l’équipe malgache fut bousculée et défoncée dans les mêlées. La faiblesse dans ce compartiment du jeu fut tellement criante en seconde mi-temps que les Namibiens marquèrent cinq essais.

Leur pack étant supérieur en puissance, les Namibiens procédèrent surtout par des « maules », groupe compact de joueurs qui s’avance irrésistiblement vers la ligne de but adverse, ou par des mêlées spontanées qui font exploser la défense malgache.

Mais les Makis ont du répondant et ont compensé leur infériorité au plan athlétique par une surprenante adresse dans le jeu à la main. Très mobiles sur le terrain, en raison d’un physique léger et d’une grande qualité naturelle de vélocité, ils ont profité de toutes les occasions pour s’envoler vers la ligne adverse. D’ailleurs, ils n’ont pas leur pareil pour se passer et se repasser la balle, donnant le tournis à la défense namibienne. Ce tour de passe-passe leur permet de démarquer un trois-quart ou un ailier qui s’ouvre un couloir et qui file vers la ligne de but adverse.

En tout cas, en fin de match hier, qualités de rapidité et dextérité dans le jeu à la main ont permis aux Makis de rattraper au score les Namibiens, puis de les dépasser à la grande joie des spectateurs. Dans la suite des éliminatoires pour le championnat du monde, les joueurs malgaches devraient cultiver cet atout, et en tirer parti dans les matches contre des équipes au rugby plus conventionnel, c’est-à-dire qui accorde la part belle au gabarit.

Ainsi, merci au rugby malgache qui, contre le Maroc puis contre la Namibie, a procuré à la population de purs instants de liesse et de contentement. Ce fut une superbe embellie dans une conjoncture de crise qui incite au désespoir…

A.R.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article