Sainte-Marie/Archéologie marine: Des fouilles pour mettre à jour les épaves des pirates

Publié le par Alain GYRE

Sainte-Marie/Archéologie marine: Des fouilles pour mettre à jour les épaves des pirates         

Jeudi, 17 Juillet 2014

Sainte-Marie n’est pas seulement l’île des baleines à bosse. Elle est aussi l’île des pirates de par son histoire. Elle a été l’un des repères des flibustiers et forbans des mers du sud entre 1620 et 1680. Hier à l’hôtel Ibis lors du lancement du festival des baleines 2015, l’office régional du tourisme de Sainte-Marie a révélé qu’une mission américaine a signé en 2013 un accord pour mener des fouilles sur les épaves de ces pirates. Ces travaux archéologiques sont censés s’étaler sur une dizaine d’années. Ils consisteront à fouiller 7 épaves plongées sous 200 ans de vase. Ces épaves n’ont pas encore fait l’objet de fouille auparavant. Mais une mission américaine réalisée en 2004 a permis de les identifier. Ainsi, les mers de Sainte-Marie renferment le site le plus riche en archéologie marine concernant les pirates. Les fouilles permettront de mettre à jour ces épaves, de créer un site de plongée exceptionnel et d’accès facile, de sortir les richesses de ces épaves… Outre les baleines, les épaves des pirates devraient aussi constituer un produit touristique majeur pour Sainte-Marie, surtout pour les amateurs d’archéologie marine et de plongée sous-marine. Notons d’ailleurs que les mers de Sainte-Marie sont joliment transparentes et permettent souvent d’observer les étoiles de mer et autres faunes marines même à quelques dizaines de centimètres d’eau.

 

Quant à l’île, elle est éloignée de 5 à 12 km des côtes nord-est de la grande terre. De forme allongée, elle s’étend sur près de 60 km de long et de 5 km de large. Au sud, l’île aux Nattes (2,5 km sur 1,5 km) est séparée de l’île Sainte-Marie par un bras de mer de 400 m de large. Un lagon entoure ces deux îles. Pour ce qui est de la population, elle sera étroitement intégrée dans le festival des baleines qui se tiendra sur l’île du 4 au 12 juillet 2015. C’est ainsi que lors de ce festival, une exposition sera organisée au centre-ville pour les artisans locaux, les écoles et autres organisations de développement. Des concerts sont aussi prévus ainsi qu’un défilé avec chars, des jeux et des activités sportives… Si Nosy-Be a fait déjà ses marques avec le festival musical Donia, Sainte-Marie va donc essayer d’aller dans le même sens mais cette fois-ci autour des baleines et de sa propre histoire qu’est celle des pirates. Mais il faut savoir que la population locale n’est pas toujours consciente de ces richesses. D’où la sensibilisation que les organisateurs du festival mènent auprès d’elle. Le festival devrait, en effet, avoir d’importantes retombées positives sur la population locale, la préservation de la biodiversité de l’île, la valorisation de son histoire vieille d’environ 4 siècles, en ce qui concerne celle des pirates…

 

Fanjanarivo

La Gazette

 

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article