Sainte-Marie: quand l'humanitaire redonne la joie aux orphelins

Publié le par Alain GYRE

Sainte-Marie : Quand l’humanitaire redonne la joie de vivre aux orphelins

     

 

Mardi, 14 Août 2012

Ils ont entre 13 mois et 16 ans. Orphelins de père ou de mère ou dans le pire des cas, des deux, ces enfants ont vécu du cauchemar. Déjà qu’ils manquent d’affection, le marasme économique que connaît l’Île les confronte à un autre problème qu’est la malnutrition. A toutes ces réalités, les uns ont failli frôler l’abandon. La dureté de la vie fait que la plupart des familles tendent à négliger les enfants dans une société. On pensait au pire sur la vie des enfants orphelins de Sainte-Marie. Mais du coup, ils ont retrouvé le sourire aux lèvres, la joie de vivre comme les enfants de leurs âges. Reportage !

Des enfants qui vivent au rythme du soleil. Ils se lèvent à 5h30 tous les matins (petite exception pour la période de vacances). Toilettes et douche vite faits, ils prennent le petit-déjeuner ensemble. Le dur travail commence à partir de là pour les nounous et autre personnel. Les uns se préparent pour rejoindre la classe parfois à quelques kilomètres du centre. Les plus petits restent au centre qui a sa classe maternelle. Midi tapant, ils se retrouvent autour d’une table. Parfois, avec le concours des bénévoles français, les petits bénéficient d’autres cours d’éducation civique et des petites séances de cinéma. Quand le soir arrive, ils se réunissent de nouveau au réfectoire. Quelques révisions après les toilettes, un petit divertissement, parfois en savourant une séance de dessins animés avant de clôturer le tout par un bon..dodo. Bref, un emploi du temps bien rempli, et suivant le rythme du soleil au centre d’orphelinat Zazakely à Agnivorano. Des bénévoles viennent de temps en temps au centre pour apporter leurs affections aux orphelins. Des passages qui, parfois, constituent une bonne dose d’éducation aux petits. Ils sont heureux de pouvoir côtoyer des gens, de faire de nouvelles connaissances et d’ailleurs, des gens qui leur partagent une autre culture.

Midi Madagasikara

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article