Sambava – La campagne de la vanille avancée

Publié le par Alain GYRE

Sambava – La campagne de la vanille avancée

 

19.06.2014

 

Une correction. Le ministre du Commerce et de la consommation a finalement décidé de réviser les dates d’ouverture de la campagne de la vanille. Après une descente mardi dans quelques communes productrices comme Bemanevika à Sambava et  à Tsarahitra, Vohémar,  le ministre Narson Rafidimanana a sorti de nouvelles dates qui varient selon la situation géographique des localités. Dans un communiqué diffusé par son département, la date du 21 juin est retenue pour les zones littorales, le 8 juillet pour les zones montagneuses, le 15 juillet pour Andrakata et Antsahameva, le 31 juillet pour la cuvette d’Andapa et le 9 septembre pour les zones froides comme Andrafaikona.

« La délégation a pu constater la maturité des gousses de vanille vertes et les gousses précoces préparées par les planteurs. Après une réunion des techniciens, du Chef de Région et des membres de l’Observatoire de Floraison et de Maturité des Vanilles, les dates ont été retenues », précise un communiqué diffusé par le ministère du Commerce et de la con­som­mation.

L’ouverture de la campagne de la vanille dépend de la période de floraison. La vanille nécessite entre huit et neuf mois pour arriver à maturité à partir de sa floraison, et celle-ci peut différer d’une localité à l’autre, même appartenant à une même région, puisqu’elle est liée au climat et/ou à la situation géographique. Il y a quelques semaines, le conseil du gouvernement avait déjà publié la date unique du 1er juillet. Une décision qui ne cadrait pas parfaitement avec la réalité sur le terrain car dans plusieurs localités, les gousses, déjà trop matures, commençaient même à se détériorer sur leurs lianes.

Rattrapage

C’était le cas, par exemple, à Bemanevika, une des plus grandes communes productrices dans le district de la SAVA. Ceux  qui en avaient la possibilité ont débuté la préparation, prêts à attendre la campagne de vanille préparée qui ne démarrera qu’au mois de septembre. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Dans plusieurs maisons, des centaines de kilos de vanille verte étaient déjà récoltés. Leurs propriétaires, dont des mères de familles seules, d’autres ne disposant pas d’assez d’espace, ou d’autres encore qui ont tout simplement besoin de l’argent de la campagne verte, étaient pressés de vendre.

« Et puis, il y a le risque de vol de vanille sur pied. Les planteurs sont obligés de monter la garde durant la nuit et ils sont fatigués », témoigne Ravelo­manantsoa, président d’une association de producteurs de vanille à Bemanevika.

Cette décision du ministère devrait donc soulager l’inquiétude de tous les acteurs de la filière vanille. L’inadéquation des dates d’ouverture risquait de compromettre une production qui promet d’être exceptionnelle, après des années de crise.

Mahefa Rakotomalala

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article