Sambava: la société Soavoanio se redresse

Publié le par Alain GYRE

Sambava : La société Soavoanio se redresse

sambava2.jpg

Grâce aux efforts déployés ces dernières années, la Soavoanio est promise à un avenir optimiste

Après deux années de relance, le redressement de Soavoanio à Sambava est effectif. L'État apporte un soutien financier et la production est en hausse progressive.

Un avenir meil­leur se dessine. La production de noix a connu une nette augmentation cette année. Selon les chiffres émanant de la direction générale, elle est passée de 4 millions de noix en 2010, à 8 millions en 2011 et à 11 473 000 depuis le début de l'année. À la fin de l'année, les prévisions sont tablées à douze millions de noix. Selon Claude Andréas, directeur général, le niveau de 2008 qui est de 16 142 970 noix sera atteint en 2013. Cette amélioration est la conséquence des travaux d'entretien des plantations. « En 2010, l'absence d'entretien des plantations de cocotiers a engendré une maladie qui a causé l'affaiblissement des cocotiers. Les piqûres sur les feuilles leur ont fait perdre leur fonction chlorophyllienne. Avec la reprise des entretiens, notamment le compostage, la production a augmenté », a expliqué le directeur général vendredi, lors d'une visite de la cocoteraie à Sambava. « Les entretiens comprennent le sarclage des ronds, l’enlèvement de recrus forestiers, la matière végétale étant laissée par la suite entre les interlignes », a-t-il poursuivi.
Des efforts restent cependant à faire. Une moitié des arbres ont perdu la vie à
cause de la maladie. Près de
400 000 pieds de cocotiers sont à planter. À la fin 2011, sur la totalité des 804,47 hectares replantés, seuls 258,35 ha ont survécu, faute d’épandage d’engrais et de produits phytosanitaires contre les oryctes. 546,12 ha sur les anciennes replantations sont donc à recultiver. Face à la situation, l’État a injecté un fonds pour soutenir le reboisement et l'achat d'engrais. Cette initiative se traduit par une augmentation de la part de l’État dans la société, et donc par une réduction de celle de Tiko, si cette dernière n'emboîte pas le pas.
Augmentation de capital
L’État a finalement procédé au virement auprès de la banque BMOI, Groupe BPCE, Agence de Sambava, de la somme de 1.550 millions ariary représentant une partie de sa participation dans l’augmentation de capital de la Soavoanio S.A, le 13 mars 2012.
Cette augmentation du capital social de la Soavoanio afin de faire face à la dégradation du patrimoine végétal et à la vétusté des moyens de production a été déjà envisagée lors d'une réunion du conseil d’administration en 2007. La Société Tiko s’est portée volontaire pour faire un apport en numéraire de 800 milions ariary. À cause de nombreux vices de forme, et de non paiement de l’apport promis par Tiko, cette augmentation de capital a été déclarée non valide par la direction générale du Trésor en 2009. Outre la production de noix, la société diversifie ses produits dans l'apiculture, l'artisanat, la production de coprah, d'huile et de tourteaux. Un bénéfice net de
75 261 162,72 d’ariary a été enregistré en 2011, contre une
perte nette de 717 634 967,20 d’ariary en 2010.

Lantoniaina Razafindramiadana

Mardi 04 decembre 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article