« Sarimbavy ». Exposition de Philippe Gaubert à l’IFM

Publié le par Alain GYRE

« Sarimbavy ». Exposition de Philippe Gaubert à l’IFM

 (06-09-2013)

Le vernissage se fera le lundi 9 septembre 18h et l’exposition durera jusqu’au 28 septembre 2013

 

 1-PhilippeGaubert-245x163.jpg

 

Sarimbavy

© Philippe Gaubert

Dans une ville moderne, une ville de tous les artifices, une métamorphose s’opère.

 Homme le jour, femme la nuit, l’être hybride apparaît comme l’icône de la ville en transformation. Il s’en sert, se joue des territoires pour les exploiter, passer à travers, se mettre en scène afin que l’architecture soit l’écrin de cette mutation.

 

L’interrogation se porte sur une ville multiple, décor et outil de l’homme hermaphrodite qui peut à tout moment choisir son lieu et l’utiliser selon ses désirs. La ville ainsi n’est pas subie, mais œuvre à cette évolution, ville des mille et une nuits.

 

A travers son travail photographique Sarimbavy – réalisé à Antananarivo en 2007 et à La Réunion en 2012-, Philippe Gaubert a souhaité introduire au cœur du processus de transformation de la ville le « vivant », mettant ainsi en parallèle la mutation de l’espace urbain et celle de l’homme.

 

PHILIPPE GAUBERT

 

Philippe Gaubert vit et travaille depuis une quinzaine d’année à Madagascar sur différents projets liés à la photographie. Il a exposé à Madagascar, à La Réunion, en France, en Italie, au Mali, en Norvège…

 Il intervient régulièrement dans le milieu scolaire avec le rectorat de l’Académie de La Réunion mais également à l’école des Beaux Arts de La Réunion (Atelier de Recherches en Création).

 Il a formé de jeunes photographes dans le cadre du contrat de la ville de St Pierre (la Réunion).

 Il a réalisé des reportages pour diverses ONG (Raoul Follereau, Enfants du monde, Fondation Abbé Pierre…)

 Il vient de travailler sur deux projets qui traitent de la communauté « Trans-genre » à La Réunion et Madagascar, de la communauté indo-pakistanaise installée à Toamasina, à travers des portraits de famille dans leur espace privé.

 Il vient d’achever la réalisation du film documentaire La maison bleue, histoire de vie des pensionnaires de la maison de retraite de Toamasina qui sortira en octobre 2013.

 Il travaille actuellement sur un projet de film documentaire sur la communauté française installée à Toamasina et sur un film documentaire concernant le travail artistique d’une artiste belge installée à Tamatave depuis une vingtaine d’années.

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article