Sécheresse: Toliara privée d'eau potable

Publié le par Alain GYRE

Sécheresse : Toliara privée d'eau potable

Tulear.jpg 

Toliara vit une privation forcée d’eau potable

La rupture de conduites d’eau au-delà de la station de pompage de Miary a arrêté le ravitaillement en eau potable de la Cité du soleil. Une mise à sec vécue, depuis mardi matin.

L’eau ne coule plus dans les robinets des Tuléarois, depuis mardi matin. Une rupture de canalisation intervenue à Mitsinjo et à Befanamy d'une conduite importante à partir de la station de pompage de Miary a provoqué d'importantes perturbations sur le réseau de distribution d’eau, depuis 36 heures, dans la Cité du soleil.
À l’origine, apprend-on de source auprès de la direction interrégionale de la Jirama, cette rupture est due à l’état vétuste de ces tuyaux de conduite qui sont enfouis à deux mètres de profondeur dans le sol. Du quartier d’Andaboly en passant par le centre-ville et ailleurs, le spectacle est le même. À longueur de journée, des femmes de ménage, jeunes filles et garçons, et même des pères de famille arpentent les rues et avenues, bidons de différentes capacités à la main, sont à la recherche d'eau potable. Pour recueillir assez d'eau et diminuer le nombre de courses, certains utilisent comme moyens de transport, des vélos et d'autres des brouettes.
Amertume
Cette situation est mal vécue par les Tuléarois qui ne supportent plus de parcourir des kilomètres pour s’approvisionner en eau depuis des puits ou des pompes Japi privées.
« Nous ne comprenons plus rien. La Jirama a choisi de nous priver d’eau potable au moment où il fait chaud à Toliara », a déclaré une ménagère très amère.
Cette dame n’est pas la seule à grincer les dents face à cette pénurie d’eau qui désormais rentre dans le quotidien des habitants de cette ville depuis quelques jours.
« Alors que nous payons nos factures, la Jirama décide de nous faire subir sa loi », a indiqué Maryam de Mahavatse.
Depuis mardi matin toutes les équipes de la Jirama sont mises à contribution pour tenter de résoudre ce grave désagrément. Pour le moment, tout le monde, ou presque, sent faute de douches bienfaisantes.

Francis Ramanantsoa

Jeudi 25 octobre 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article