Secteur de l’eau : Un grand levier de développement

Publié le par Alain GYRE

Secteur de l’eau : Un grand levier de développement

 

 avr 4th, 2014

 

1-eau.jpg

 

 

 

 

 

L’eau conduit à l’émergence des activités génératrices de revenu comme la pisciculture.

 

C’est un besoin fondamental de la population, mais l’eau peut également conduire à l’émergence des activités génératrices de revenu.

 

Depuis quelques années, une prise de conscience sur l’importance du secteur de l’eau est observée dans les stratégies de réduction de la pauvreté. Raison pour laquelle, le SAF/FJKM, en tant qu’acteur de développement y intervient à travers son programme EAH (Eau, Assainissement et Hygiène), et ce, en partenariat avec WaterAid pour cibler les couches sociales les plus vulnérables tout en considérant le genre. « Cette action contribue à la réalisation de notre mission qui consiste à apporter le témoignage de l’Eglise dans le domaine du développement économique et social et d’œuvrer par conséquent pour la promotion des initiatives de développement de tout Homme », a déclaré Rahajary Tsialoninarivo, directeur national du SAF/FJKM. Force est en fait de reconnaître que le secteur de l’eau constitue un grand levier de développement pour une communauté, et partant, pour la nation.

 

34 000 personnes bénéficiaires. A preuve, l’accès à l’eau potable génère des changements dans le quotidien des usagers tant sur le plan social que sur le plan économique. L’eau potable procure non seulement le bien être mais aussi la santé permettant aux bénéficiaires d’améliorer leur productivité et par la suite leur niveau de vie. A titre d’illustration, les ménages résidant dans les villages d’intervention du SAF/FJKM peuvent chacun avoir une économie de 6 000 Ariary/mois au minimum, sans compter le gain de temps, en matière d’approvisionnement en eau puisqu’ils disposent maintenant des bornes fontaines près de leurs maisons. « La somme allouée à la dépense pour nos besoins en eau nous permet actuellement de nous procurer des PPN comme l’huile, le sel et le sucre », a témoigné Emile Rakotoarijaona, un père de famille. Notons que le SAF/FJKM intervient dans cinq communes rurales de la région de Vakinankaratra depuis 2006. Plus de 34 000 personnes dans ces localités bénéficient actuellement de leur droit fondamental à travers son programme EAH.

 

« Usage multiple de l’eau ». Par ailleurs, l’eau conduit à l’émergence des activités génératrices de revenu avec la concrétisation du système « usage multiple de l’eau ». Cela consiste à l’utilisation des excédents d’eau. Cela consiste entre autres, en l’utilisation des excédents d’eau des réservoirs pour les activités de culture maraîchère ou de pisciculture. C’est le cas de l’association des femmes d’Ampanataovana, dans la commune rurale de Mahaiza à Betafo. Elle a pu développer l’élevage de poissons endémiques comme le « Marakely », grâce à l’accès à l’eau. Quant à l’EPP Ambohitrananana, cet établissement a pu initier la culture d’ananas et la plantation maraîchère sur un jardin potager afin de renflouer sa caisse. D’autres activités connexes comme le commerce de pièces de rechange pour la maintenance du système d’adduction d’eau sont également développées dans les sites d’intervention de SAF/FJKM. En outre, l’accès à l’eau conduit au développement de la vie associative. A titre d’illustration, l’association féminine de Tsindranolahy, dans la commune rurale de Vinaninony Sud effectue des activités lucratives, afin de supplanter le système de paiement de cotisation par ménage par une caisse commune utilisée en ce sens. Ce qui permet d’aider les plus démunis qui peuvent ne pas être en mesure de payer leurs cotisations pour la maintenance et l’entretien des infrastructures d’adduction d’eau potable.

 

Navalona R.

Midi Madagasikara

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article