Sida: La circoncision confirme son intérêt sur le terrain

Publié le par Alain GYRE

 

Sida: La circoncision confirme son intérêt sur le terrain       

Jeudi, 05 Septembre 2013

Pour la première fois, les bénéfices de la circoncision dans la lutte contre le sida ont été observés dans la vie réelle.

 

Une campagne menée dans un vaste bidonville d'Afrique du Sud a permis de réduire de 57 à 61% le nombre d'infections chez les hommes s'étant porté volontaires pour l'opération, révèle une étude française Inserm-ANRS, publiée mardi dans la revue Plos Medicine.

 

La circoncision était proposée gratuitement aux quelque 110.000 habitants d'Orange Farm. 15% des hommes étaient déjà circoncis au lancement de la campagne en 2007, une proportion passée à 53% quatre ans plus tard. "C'est un taux d'acceptation intéressant. Nous n'avons pas constaté de réticence particulière ou de crainte vis-à-vis de ce geste chirurgical", rapporte

 

Bertran Auvert, professeur en santé publique à l'université de Versailles.

 

 Sur place, un échantillon de 3 300 hommes du bidonville ont été interrogés sur leurs pratiques sexuelles, qu'ils soient circoncis ou non. Les chercheurs soulignent que le recours au préservatif lors de rapports avec un partenaire non régulier était similaire dans les deux groupes, ce qui suggère qu'il n'y a pas eu de remplacement d'une méthode de prévention par l'autre. Avant toute opération, les volontaires étaient systématiquement informés sur l'efficacité partielle de la circoncision et sur la nécessité de continuer à se protéger par d'autres moyens, notamment le préservatif.

 

On sait depuis 2005 que la circoncision limite la transmission du VIH en éliminant le prépuce, une zone de peau très sensible au virus. La face interne du prépuce est en effet riche en cellules chargées de débarrasser l'organisme d'éléments étrangers, appelées cellules de Langerhans. Or, lors d'un rapport avec une partenaire contaminée, ces cellules de Langerhans entrent en contact avec des cellules infectées par le VIH, et les transmettent aux cellules immunitaires (lymphocytes T) de l'homme. Mais par ce mécanisme, le VIH contenu dans les cellules féminines s'introduit dans les lymphocytes T, dont il se sert ensuite de support pour se reproduire et envahir l'organisme.

 

Ce mécanisme explique les limites de la circoncision comme moyen de réduire le sida. Elle permet seulement de protéger (partiellement) l'homme d'une contamination par une femme infectée ; l'inverse n'est pas vrai. Par ailleurs, cette protection n'est pas vérifiée dans le cadre de rapports homosexuels où un même individu peut être tantôt actif (donc potentiellement protégé), tantôt passif (la circoncision ne protège alors pas).

 

Généraliser la circoncision ne présente donc d'intérêt que dans les pays où le niveau de contamination est élevé et où le virus se transmet principalement lors de rapports hétérosexuels, souligne le Pr Auvert. "Il s'agit essentiellement des 14 pays d'Afrique australe et de l'Est. Cette situation ne s'applique pas à l'Europe", détaille-t-il. Le spécialiste estime qu'en généralisant cette pratique dans les pays africains concernés, le nombre de nouvelles contaminations annuelles dans le monde pourrait être réduit de 25%. Cela nécessite néanmoins la multiplication de campagnes de sensibilisation intensives, nécessitant des fonds et du personnel. "La généralisation de la circoncision doit plus que jamais être une priorité de santé publique en Afrique australe et de l'Est", confirme le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS).

 

Le Pr Auvert espère également confirmer l'intérêt de la circoncision pour limiter la circulation de deux autres virus, le papillomavirus, responsable entre autres du cancer du col de l'utérus chez la femme, et de l'herpès.

La Gazette

 

 

 

 

La circoncision : une arme contre le VIH

 

sept 4, 2013 Ecrit par Nadege Bahiaoui1

 

 

 

Si en tant que musulmans on était déjà certains de l’utilité et du bienfait de la circoncision, cette pratique issue des normes de la Fitra (sunnan al-Fitra), le monde médical commence aussi à en être convaincu!

 

 

 

  1-sida-550x309.jpg

 

 

 

« Dix pratiques font partie de la Fitra : se tailler les moustaches, laisser pousser la barbe, utiliser le siwak, inspirer l’eau par le nez (lors des ablutions), se couper les ongles, se laver entre les doigts (lors des ablutions), s’épiler les aisselles, ôter les poils du pubis, se purifier avec de l’eau après avoir fait ses besoins ». Et le rapporteur du hadith a dit : « j’ai oublié la dixième chose, à moins que ce ne soit le fait de se rincer la bouche pendant les ablutions ». [Muslim]

 

 

 

Depuis quelques années, n’en déplaise aux plus sévères adversaires de la circoncision, cet acte était recommandé par l’OMS  et faisait l’objet de grandes campagnes de prévention en Afrique. En effet, on avait noté une baisse sensible du taux de propagation des MST (maladies sexuellement transmissibles) chez les hommes circoncis.

 

 

 

Ce fait est maintenant avéré! Les résultats d’une étude scientifique ont été publiés mardi  et ont mis en lumière la baisse probante de la transmission du VIH lorsque les hommes sont circoncis.  Plus de 20 000 circoncisions (gratuites et médicalisées) sur des hommes âgés de plus de 15 ans ont ainsi été réalisées dans un bidonville sud-africain entre 2007 et 2011. On a observé qu’après l’intervention,  une couche de cellules similaires à celles protégeant la peau se forme sur la muqueuse, limitant ainsi l’entrée du VIH.

 

 

 

Le Professeur Bertran Auver, directeur de l’étude, confie ainsi dans le webzine américain Plos Medicine :

 

 

 

« L’effet protecteur de la circoncision sur le risque d’être infecté par le VIH chez l’homme avait déjà été montré dans un essai clinique réalisé en 2005 en Afrique du Sud, et confirmé par des essais au Kenya et en Ouganda, mais nous n’avions pas la preuve jusqu’à présent que la méthode était utilisable dans la vraie vie et à grande échelle […] Chaque fois qu’on fait 5 circoncisions, on évite une infection par le VIH dans les 15 ans qui viennent. […] Le succès des programmes de circoncision pourrait réduire l’épidémie mondiale de sida d’environ 25%.»

 

 http://www.imanemagazine.com/la-circoncision-une-arme-contre-le-vih/#sthash.n2R31DD8.dpuf

 

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article