Sucoma de Morondava: l'Etat devrait percevoir 1,2 milliard Ar en 2012

Publié le par Alain GYRE

Sucoma de Morondava: L’Etat devrait percevoir 1,2 milliard Ar en 2012

 

Jeudi, 11 Octobre 2012

16 000 t de sucre. C’est l’objectif 2012 de l’unité sucrière d’Analaiva dans le district de Morondava. En location-gérance, cette unité dirigée par les Chinois voit sa production augmenter en passant de 13 400 t en 2010 à 14 900 t en 2011. D’après des contrôleurs de la Siranala, l’entité publique chargée du contrôle et du suivi des activités de la Sucoma, l’usine enregistre jusqu’à la première semaine d’octobre une production de 15 700 t. La campagne va encore courir jusqu’à novembre. Dans ce cas, l’objectif de 16 000 t devrait être atteint. Au prix usine actuel, soit un peu plus de 1 900 Ar/kg, le chiffre d’affaires pour 2012 devrait être proche de 31 milliards Ar. Le loyer à payer par les Chinois pour la 1ère année est de 4% du chiffre d’affaires selon le nouveau contrat de location-gérance signé le 1er septembre dernier. Dans ce cas, l’Etat devrait empocher un peu plus de 1,2 milliard Ar pour 2012. Pour la 2ème année, le loyer sera de 5% du chiffre d’affaires, contre 6% à partir de la 3ème année.

Si l’Etat gère directement cette usine et ses plantations dans la bonne gouvernance, cette unité industrielle devrait lui rapporter gros. La preuve en est la hausse continue de la production et le chiffre d’affaires qui va avec. Mais avant la 1ère location-gérance de 1997, des détournements massifs de fonds y ont été observés. Rappelons que les Chinois viennent d’obtenir un nouveau contrat de location-gérance pour 10 ans. Ils ont eu droit à 15 ans pour le précédent contrat. En fait, ils n’ont pas honoré certaines dispositions de cet ancien contrat dont la non-réhabilitation des logements des employés. Ces bâtiments sont dans un état de dégradation très avancée. Certains n’ont même plus de toit, alors que d’autres voient pousser des arbres dans leur enceinte. Pour y remédier, le nouveau contrat stipule que la Sucoma doit verser tous les ans à la Siranala une enveloppe pour la réhabilitation du patrimoine immobilier. Pour 2012, ce montant sera de 800 000 Ar.

Par contre, il appartient à la Sucoma de réhabiliter elle-même l’usine. La sauvegarde du patrimoine immobilier de l’unité sucrière pour un minimum de 90% est une condition pour une prolongation ou non du contrat au-delà des 10 ans convenus. Sur le plan social, les employés attendent depuis 15 ans la mise en place de la convention collective. Depuis, les retraités doivent se contenter du régime ordinaire et donc peu enviable des retraités du privé. La Sucoma compte 448 employés permanents dont 28 cadres malagasy. Elle recrute 1 100 saisonniers 6 mois sur 12 car la campagne sucrière va de juin à novembre. Sur le plan commercial, l’usine approvisionne le marché national. Le prix d’usine n’augmente pas étant donné la hausse de la production. Des fois, les prix sur le marché affichent le contraire à cause de la rétention de stocks opérée par des grossistes. L’usine dispose de suffisamment de sucre sur toute l’année. Elle n’exporte pas parce que les frais de transport jusqu’au port de Toliara ou de Toamasina coûtent chers. Le sucre d’Analaiva est pourtant de 1ère qualité en Afrique.

Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article

meranthe 12/10/2012 08:11

on peut faire des gâteaux à défaut au chocolat cela compensera le café !!!

meranthe.c 11/10/2012 19:13

on est sauvé on a du sucre pour mettre dans le café, dommage que le café soit nocif pour la santé ...