Sucre : relance de la filière

Publié le par Alain GYRE

Sucre : relance de la filière       

Mardi, 05 Novembre 2013

Le Projet de Loi 003-2013 du 24 avril 2013 autorisant la ratification de l'Accord International de 1992 sur le sucre a été adoptée par les membres du CST ce mardi 29 octobre 2013.

 

La filière sucrière représentant 0,6 % du PIB national, correspondant à un chiffre d'affaires annuel de l' ordre de 55.300 millions d'Ariary (un dollar vaut environ 2000 Ariary)  tient une place importante dans l'économie malgache . Et encore, elle  peut dépasser 2,8% du PIB national avec 276.000 millions d'Ariary de chiffre d'affaires. Et encore, elle  pourrait atteindre 5,5% du PIB avec 550.000 millions d'Ariary de chiffre d’affaires si elle honore toute la consommation nationale. En 2012, Madagascar a atteint son record en termes de production de sucre soit de 100 000 tonnes. Notons que l’île n’a produit que  14.316 tonnes de sucre en 2009 et 72.065 tonnes en 2010.

 

 100 000 tonnes est sans doute la capacité maximum des unités de production sucrière de l’île quoique qu’il est loin de satisfaire les besoins nationaux qui avoisinent les 160 000 tonnes par an. Concernant l'Accord international de 1992, soulignons que parmi ses objectifs, on note  l' accroissement de la coopération internationale sur des questions ayant trait au sucre dans le mode et la fourniture d'un cadre pour les consultations intergouvernementales sur le sucre.

 

La politique européenne en matière de sucre est un des volets de la politique agricole commune (PAC) et s'inscrit dans l'organisation commune du marché (OCM) du sucre en poursuivant le double objectif de garantir un revenu aux producteurs communautaires et d'assurer l'auto approvisionnement du marché européen. Dans ce cadre, les textes qui constituent les piliers de la politique européenne en la matière sont les règlements de l'OCM sucre.

 

Pour en revenir sur l’accord, il a pour objet  d’accroître la coopération internationale concernant des questions qui ont directement ou indirectement trait au sucre dans le monde , de fournir un cadre pour les consultations intergouvernementales sur le sucre et sur les moyens d’améliorer l’économie mondiale du sucre , de faciliter le commerce du sucre par la collecte et la diffusion de renseignements sur le marché mondial du sucre , d’encourager l’augmentation de la demande de sucre, en particulier pour des utilisations nouvelles.

 

Madagascar est reconnu par l’OIS comme un pays producteur de sucre ayant une place à tenir au sein de la Plateforme mondiale. Aussi, Madagascar ratifie l’Accord International de 1992, unique voie lui permettant d’adhérer à l’Organisation et de bénéficier de son appui, conseil, formation et renforcement des capacités dans les domaines d’intervention de l’OIS.

 

NIR

La Gazette

 

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article