Tahala Rarihasina: Une exposition monarchique

Publié le par Alain GYRE

Tahala Rarihasina : Une exposition monarchique

1-roi.jpg

L’exposition de Narindra au Tahala Rarihasina, à partir de vendredi, permettra de réviser une partie de l’histoire en relief et en couleur

« Rouge, la royauté malgache » sera l'exposition d'art plastique qui débute cette année sur les rois et reines malgaches. Voyage historique d'un genre nouveau.

Rien qu'à sa réputation, faire face à Rasoherina lors de son règne aurait été un calvaire pour tout individu sensé. À partir de demain, il sera possible de le faire, et même un peu la toiser, au Tahala Rarihasina Analakely, avec l'exposition de Narindra Rakotomavo « Rouge, la royauté malgache ». L'artiste plasticien y montrera ses six personnages en papier mâché. « J'ai choisi les rois et reines malgaches, car c'est un gage de neutralité d'abord. Plus tard, je penserai à faire d'autres personnages plus engagés », avance Narindra, son nom d'artiste.
Les monarques de la royauté Merina n'ont ainsi jamais été aussi vivants.
« Rouge, la royauté malgache » proposera les rois et les reines qui ont fait notre histoire à partir du rassembleur Andrianam­poinimerina.
« Nous avons effectué de longues recherches sur leur anatomie et leur morphologie, en nous inspirant de documents anciens et de visites de sites historiques. Cela avant de dresser les personnages en papier mâché », souligne l'artiste. Le travail a nécessité des mois de recherche pour aboutir à des œuvres où Andrianam­poinimerina mesure 1, 57 mètre.
Originalité
Et cela fait son effet. Il est difficile de ne pas sentir quelques frissons devant le regard pénétrant de Raso­herina, la reine au caractère trempée. Ensuite, l'imagination fait le reste. Un mini-choc historique traverse le visiteur quand les quelques souvenirs des cours d'histoire en primaire se cristallisent en une statue de papier frôlant le vrai. Une exposition qui ne manque pas d'air, et qui ravira surtout les lycéens. « Il me faut un à deux mois de travail pour réaliser un personnage. Ce sont surtout les détails qui font traîner le travail », relate Narindra Rakoto­mavo. À voir Narindra, l'on se surprend à lui demander si jamais il ne va pas réaliser des scènes historiques sur des lieux chargés de mémoire.
Par exemple, une scène des carnages coloniaux du 29 mars 1947 ou une reconstitution des grands bals dans le Palais d'Andafiavaratra, du temps du Premier ministre Rainilaiarivony. En somme, les perspectives de travail de cet artiste sont assez larges. « Cela viendra, mais j'y réfléchis », conclut-il. Rouge, la royauté malgache sera donc visible vendredi au Tahala Rarihasina à Analakely, après le vernissage à 18 h.

Maminirina Rado

Jeudi 03 janvier 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article