Tananarive racontée via des cartes postales

Publié le par Alain GYRE

 

La Gazette

Publication: Tananarive racontée via des cartes postales

     

Vendredi, 18 Janvier 2013

Deux zanatany : Jean-Pierre Pénette et Christine Lohau Pénette qui font partie des cinq générations de leur famille ayant vécu à Tananarive viennent de publier un livre de 252 pages de texte et 315 illustrations sur la capitale intitulée TANANARIVE.

" Tananarive " est un ouvrage au format A4 (210 X 297 m/m) imprimé en couleur sur papier fort (135 gr) avec couverture cartonnée (350 gr) brillant et pelliculé, relié en façon cousu - collé, ce qui lui assure une bonne solidité à l'usage. Il est composé de 252 pages de textes et 315 illustrations.

" Tananarive " est élaboré à partir d'une collection personnelle de 775 cartes postales anciennes (de Tananarive), et d'une documentation personnelle étoffée.

Analamanga, devenu ANTANANARIVO, a été transformé en TANANARIVE lors de la domination française. Avant la présence française, sur un plan de la ville, édité en 1893, figure le nom " ANTANANARIVO " comme dans le livre " voyage à Madagascar " du docteur Catat. Quelques années après l'indépendance, le nom d'Antananarivo a été repris.

C'est donc bien de TANANARIVE dont il est question dans cet ouvrage.

En regard des illustrations, pour la majorité des cartes postales, des commentaires sont établis d'après des faits réels et d'après la mémoire des hommes.

Ce, sans avoir la prétention d'être une œuvre d'histoire, pour éviter la détestable diffusion d'erreurs. Un chapitre rappelle, qui sont les hommes (107) qui ont laissé leur nom dans l'histoire de Tananarive. Ainsi les quartiers historiques sont illustrés, mais aussi ceux de la périphérie qui sont étroitement liés à l'histoire de la ville.

Les auteurs, Jean Pierre et sa fille Christine Lohau, " zanatany ", (littéralement " enfants de la terre ", nom donné aux étrangers nés à Madagascar), font partie des cinq générations de leur famille ayant vécu à Tananarive. Ils sont des passionnés de leur ville. Ils y ont vécu, et pour l'un d'eux près de 50 ans

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article