"Te voilà" Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

Indro hianao,

mijoro sy mihanjaka.

Dilatra hianao, ary tsaroanao izany ;

nefa, raha ny marina, dia zanaky ny aloka tera-bao hianao.

izay mivoky fampandotsoam-bolana,

dia maka endri-batankazo miadana hianao

eo ambonin’ity tamboho iva dinganin’ny nofim-boninkazo.

sy ny hanitry ny fahavaratra miato.

 

Mahatsiaro, mino fa misy faka mitsiry amin’ny tongotrao,

ary miezaka ary miolana toa bibilava

mangetaheta

mankany amin-doharano ambany tany,

na mifantsika amin’ny fasika

ka mampitohy anao aminy sahady, hianao mbola velona

hazo tsy fantatra, hazo tsy voafantatra

izay manomana voa hotazanao ihany.

 

Ny tendronao

ao anaty volonao hetschin’ny  rivotra,

dia manafina ankanim-borona tsy àry vatana ;

ary rehefa miverina mandry eo am-parafarako hianao

ka fantatro indray, ry rahalahiko mpirenireny,

ny fifanilana aminao, ny fofonainao sy ny hanitry ny hoditrao

dia hampiteraka feon-kelatra saro-pantarina

hatrany amin’ny vavatanin’ny torimaso.

,

 

 

Te voilà,

debout et nu.

limon tu es et t’en souviens ;

mais tu es en vérité l’enfant de cette ombre parturiente

qui se repaît de lactogène lunaire,

puis tu prends lentement la forme d’un fût

sur ce mur bas que franchissent les songes des fleurs

et le parfum de l’été en relâche.

 

Sentir, croire que des racines te poussent aux pieds

et courent et se tordent comme des serpents assoiffés

vers quelque source souterraine,

ou se rivent dans le sable

et déjà t’unissent à lui, toi, ô vivant,

arbre inconnu, arbre non identifié

qui élabores des fruits que tu cueilleras toi-même.

 

Ta cime,

dans tes cheveux que le vent secoue,

cèle un nid d’oiseaux immatériels ;

et lorsque tu viendras coucher dans mon lit

et que je te reconnaîtrai, ô mon frère errant,

ton contact, ton haleine et l’odeur de ta peau

susciteront des bruits d’ailes mystérieuses

jusqu’aux frontières du sommeil.

Publié dans Poèmes malgaches

Commenter cet article