Toliara: la charette fait office de camion frigorifique

Publié le par Alain GYRE

Toliara : La charrette fait office de camion frigorifique

viande.jpg

Les quartiers de bœuf arrivent au marché sur des charrettes sales et non bâchées

Des charrettes transportent la viande de bœuf vers les boucheries de Toliara. L’opération n’assure pas l’hygiène et menace la santé des consommateurs.

Tous les matins vers 6 h, une file de charrettes à bœufs passent dans les artères de la ville de Toliara, au départ de Befanamy où se trouve l’abattoir municipal. Cette caravane approvisionne en viande de bœuf les trois grands marchés de la ville, à savoir Bazaribe au centre-ville, Sakamà à Betania, et le bazar de Sanfily.
Le fait semble banal pour la plupart de la population, tellement la situation perdure depuis des lustres à Toliara. Mais aux yeux de certaines personnes, cet acheminement archaïque pose problème.
« C’est inadmissible de voir que des moyens de transport non appropriés ramènent les viandes que les Tuléarois trouveront plus tard dans leurs assiettes », remarque une sexagénaire habitant à Betania.
Et d’ajouter : « les convoyeurs de ces charrettes posent même leurs pieds nus sur les quartiers de viande durant le trajet, au vu et au su des passants ».
Un seul abattoir
De fait, la propreté de ces charrettes laisse à désirer tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Ainsi les planches avec lesquelles elles sont fabriquées, ne sont ni nettoyées ni peintes. Les quartiers de bœuf sont exposés au soleil et à la poussière durant le transport. En effet, les charrettes ne sont pas couvertes et leur cargaison n’est pas recouverte de bâche protectrice non plus .
De surcroit, la route de Befanamy où est embarquée la viande, longue de quelques kilomètres n’est pas goudronnée jusqu’à un certain point. Alors, le passage de la caravane provoque un nuage de poussière qui se dépose au fil du trajet sur la viande transportée.
À Toliara, il n'existe qu'un seul abattoir, lequel ne répond même pas aux normes d'hygiène. Mais il continue, malheureusement, à être utilisé sans que personne ne s’en émeuve. Une situation incompréhensible alors que les habitants de Toliara et ses environs bénéficient d’un nouvel abattoir répondant aux normes de santé publique depuis deux ans.
Celui-ci est situé à une centaine de mètres de l’actuel abattoir, toujours à Befanamy, mais n’est opérationnel jusqu’à présent.
« Si le nouvel abattoir était déjà fonctionnel, on aurait pu éviter cette situation lamentable, car en principe, l’existence d’un camion frigorifique figure dans le cahier de charges », indique un vétérinaire proche du dossier.

Francis Ramanantsoa

Mercredi 31 octobre 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article