Toliara: la terre tremble sur 350 kilomètres

Publié le par Alain GYRE

TOLIARA : La terre tremble sur 350 kilomètres

 1-tulear1.jpeg

Le séisme qui a secoué la ville de Toliara et ses environs a provoqué une panique de la Population

La population de Toliara et quelques villes du grand sud ont été réveillés par de fortes secousses. Un tremblement de terre d’une magnitude de 5,3 s’est déchaîné sur un diamètre de 350 kilomètres.

Un séisme a secoué la ville de Toliara. Ce drame est sur venu avant-hier aux alentours de 2 heures du matin. De source émanant des autorités locales, ce tremblement de terre était d’une magnitude de 5,3 sur l’échelle de Richter et a duré une trentaine de secondes. Les risques étaient donc plus ou moins élevés du fait que le plus puissant séisme jamais connu par l’humanité était d’une magnitude de 9,5. De violentes secousses ont dévasté le Chili et provoqué une hécatombe en 1960.
L’épicentre du séisme a été localisé dans la ville des tropiques. En revanche, le tremblement s’est fait sentir sur un rayon de 175 kilomètres jusqu’à Betioky-sud, soit un diamètre de 350 kilomètres. Certaines localités telles que Sakaraha et Anakao et leurs périphéries ont également été touchées.
Panique générale
Aux dernières nouvelles, cette catastrophe naturelle n’a pas fait beaucoup de dégâts. Les bâtiments en dur et les maisons faites avec des matériaux locaux ont résisté. En revanche, des vitres ont volé en éclats dans certains quartiers de la cité du soleil , à l’instar de Anketa, Mahavatsy I.
Les secousses ont suscité une vague de panique. Réveillés en sursaut, des riverains se sont précipités, en un éclair, dans la cour comme s’ils avaient réagi à un signal.
« J’ai pensé que des bandits qui se déplacent en groupe avaient investi notre quartier. Pensant qu’ils étaient en train de prendre les jambes à leur cou, j’ai sauté de mon lit pour voir ce qui était en train de se passer dehors », raconte Lucien Benarivo, habitant de Mahavatse.
De source émanant des forces de gendarmerie, aucune victime n’est à déplorer. La vie de la population semble avoir repris son cours normal, bien qu’elle ait frôlé le pire. Samedi , au lever du jour, les magasins ont ouvert leurs portes ,mine de rien et le marché était bondé de commerçants. Pour leur part, les citoyens ont circulé normalement dans la ville, bien que ce qui s’est produit, ait défrayé la chronique locale.
Hier, pendant la messe dominicale, le séisme a ébranlé certaines communautés religieuses, suscitant ainsi des remous.

Francis Ramanantsoa et Seth Andriamarohasina

Lundi 28 janvier 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article