Tourisme: Madagascar, l’île de la méga diversité

Publié le par Alain GYRE

Tourisme: Madagascar, l’île de la méga diversité       

Mardi, 13 Août 2013

Ses différentes zones climatiques et sa variété de paysages procurent au pays de contrastes un énorme potentiel touristique : des hautes montagnes aux plaines fertiles semées de rizières en terrasses, des vastes savanes sèches aux forêts tropicales, des 5.000 km de côtes protégées en grande partie de récifs coralliens aux nombreuses îles tropicales avec de belles plages au sable blanc, d’un paysage calcaire spectaculaire avec de nombreuses tours de karst aux rivières souterraines et grottes diverses, …

A cela s’ajoute une biodiversité hors du commun avec un taux d’endémisme très élevé : près de 80% pour la flore (orchidées noire et blanche, palmiers, Ravinala, baobabs, Népenthès, plantes médicinales, …) et un taux encore plus élevé pour la faune. Pour n’en citer que quelques exemples. Ainsi, plus de 90% des espèces de lémuriens ne se propagent naturellement qu’à Madagascar ; des 250 espèces d’oiseaux que l’on retrouve dans l’île, 106 sont endémiques ; 98% des reptiles et des amphibiens du pays – y compris les caméléons, les geckos, les crocodiles, les tortues et les serpents – ne se trouvent qu’à Madagascar ; 92% des poissons d’eau douce sont également endémiques tandis que les récifs coralliens le long de la côte abritent une vie marine époustouflante.

Un autre attrait de l’Île Continent est sa diversité culturelle avec ses 18 tribus et presque autant de cultures. Les styles de vie, les architectures et les traditions particulières tirent leur source de l’origine lointaine des Malgaches venant de l’Indonésie, de l’Inde, de l’Afrique, de l’Arabie, …. La grande variété des produits et techniques artisanaux témoigne également de cette diversité culturelle.

Le capital touristique exceptionnel de Madagascar lui a permis d’intégrer les Îles Vanilles (Maurice, Réunion, Seychelles, Madagascar) pour conquérir une part du nouveau marché touristique en s’appuyant sur les forces et la complémentarité de chaque île. L’évolution remarquable du nombre de touristes sur les 3 dernières années, notamment l’arrivée de croisiéristes, témoignent déjà du dynamisme de secteur tourisme à Madagascar. Cette croissance importante de la demande a besoin d’être soutenue par une offre adéquate notamment en termes d’infrastructures d’accueil.

                                                 Agribusiness

Madagascar, un pays riche de ses hommes, de ses ressources naturelles et de sa position géostratégique est la destination idéale pour tout projet dans le secteur de l’agribusiness dans l’océan Indien.

Plus du 2/3 de la population malgache vivent en milieu rural et constituent une source de main d’œuvre abondante et compétente avec une longue tradition en agriculture, élevage et pêche. A l’image de la moyenne nationale, plus de la moitié de ces ruraux sont des actifs

potentiels.

Sur les 60 millions ha de superficie totale de la Grande Ile, presque la moitié se prête à l’agriculture et 18 millions ha demeurent encore disponibles. Une étendue qui dépasse largement la masse terrestre de toutes les autres îles de l’océan Indien combinées. Une large gamme de produits tropicaux et tempérés se côtoient grâce à la diversité des conditions pédoclimatiques de l’« Île Continent » et à l’existence de ressources en eau pour l’irrigation et la production d’énergie (2.000 km de rivières). Actuellement, Madagascar produit :

environ 3,6 millions t de riz : plus que le reste des pays de la SADC combinés et classé 3ème producteur en Afrique. La technique intensive malgache est maintenant répliquée dans le monde entier ; plus d’1 million de tonnes  de céréales et d’autres féculents : maïs, pomme de terre, manioc, légumineuses ; fruits et légumes avec l'une des gammes les plus larges dans le monde :

des fèves tempérées, en passant par les pommes/poires et les baies de fruits tropicaux jusqu’aux divers types de piments ; des litchis avec 70% de part de marché en Europe : 1er exportateur mondial de ce type de fruit ;

50% de la vanille du monde : 1er exportateur mondial d'épices et d'autres huiles essentielles ; du café, du thé et du cacao de haut de gamme.

8 millions de bovins avec une production laitière d’environ 400 l/an, plus de 3 millions d’ovins, caprins et porcins et 30 millions de volailles font de Madagascar l’un des pays d’Afrique dotés de grands troupeaux d’animaux d’élevage. Sa forte expertise dans la préparation de la viande de canard/foie gras et les viandes exotiques (autruche, crocodile), la production de miel et divers autres produits apicoles distinctifs est reconnue mondialement.

Etant une île, Madagascar possède des potentialités dans la pêche et l’aquaculture : une ZEE couvrant 115 millions ha et un vaste plateau continental d’environ 12 millions ha riche en ressources ichtyologiques ; 5.600 km de littoral, plus de 300.000 ha de mangroves dont 50.000 ha sont des tannes et 30.000 ha aménageables pour la crevetticulture ; 160.000 ha de plans d’eau naturels favorables à la pisciculture en cage et/ou en enclos, jusqu’à 150.000 ha de rizières irriguées dont 34.000 ha propices à la rizipisciculture et 20.000 ha de surfaces à bonne maîtrise d’eau aménageables en étang ; un potentiel halieutique et d’aquaculture de plus de 500.000 t/an dont 60% d’intérêt commercial ; plus de 50% des algues utiles à l’homme se trouvent à Madagascar.

Situé dans l’axe Afrique-Asie et pas loin des pays du Moyen Orient et de l’Europe, Madagascar pourrait devenir un véritable grenier dans l’océan Indien grâce au développement des infrastructures notamment portuaires.

Source :

www.africa-europa.net

la Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article