Transition énergétique à Madagascar : Les habitudes comme blocages

Publié le par Alain GYRE

Transition énergétique à Madagascar : Les habitudes comme blocages       

Jeudi, 20 Mars 2014

Si la dégradation de l’environnement à Madagascar se fait à pas de géant, la transition énergétique du pays se fait au rythme des caméléons. Ce qui cause des dégâts irréparables dans notre environnement.

 

Chaque année, la Grande île perd 0,5% de sa couverture forestière pour l’approvisionnement en bois de chauffe et en charbon. Selon les études menées par les chercheurs, si nous continuons avec notre consommation actuelle, d’ici 2030 nous connaîtrions une pénurie en bois de chauffe et en charbon. Parmi les blocages, on peu citer la réticence de la communauté malgache à se détacher de ses habitudes en matière de consommation d’énergie. Depuis 1975, le gouvernement a lancé une campagne de sensibilisation pour l’utilisation de foyers économes. En utilisant les foyers économes, chaque ménage peut réaliser une économie de 50% en charbon de bois, soit une économie de 5.900 ariary par mois. Il est à savoir que l’utilisation de 1.000 unités de foyers économes épargne 525 ha de forêts dans l’année.

 

Bien que de nombreuses familles dans les grandes villes aient adopté les foyers économes, dans les zones ruraux, l’utilisation des foyers simples reste plus courante. Même dans les grandes villes, les foyers économes ne font pas l’unanimité. Sendra une mère célibataire, explique : « Il est vrai que les foyers économes permettent d’économiser du charbon mais ils ne permettent pas de faire l’économie du temps, le feu étant trop doux et la nourriture met du temps à cuire ». Malheureusement, comme elle, nombreux sont ceux qui, faute de temps et de moyens, ne peuvent pas utiliser les matériaux à énergie renouvelable. Quoi qu’il en soit, la protection de l’environnement ne peut certainement pas se faire sans quelques sacrifices venant de tous.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article