Un séisme secoue l'Alaotra-Mangoro

Publié le par Alain GYRE

Un séisme secoue l'Alaotra-Mangoro

 

L'épicentre du séisme d'hier a été localisé à 28 Km de Fierenana, région Alaotra Mangoro

 

Réveil assez surprenant pour les citadins de la capitale et ses alentours hier. Un séisme à 77 Km d'Antananarivo a secoué les habitants, sans dégât apparent.

 

De la capitale

à Andekaleka, district de Mora­manga, en passant par le district de Manjakandriana, les lève-tôt ont été surpris hier par un tremblement de terre de magnitude 4,04 sur l'échelle de Richter. Selon les informations recueillies auprès de l'Institut et Observatoire de Géophy­sique d'Antana­narivo (IOGA), ce séisme survenu à 5h 34 min du matin a été localisé à 77 Km de la capitale, précisément aux coordonnées 18°72 Sud et 48°29 Est. L'épicentre s’est ainsi situé à 3 Km au sud-est de Morarano, à 9 Km au nord-ouest de Marovoay, à 5,6 Km d'Ankisatra et à 28 Km de Fierenana. Les premières informations recueillies sur place autour de l'épicentre n'ont pas fait état de victime, ni blessé ni dégât matériel important malgré le point de départ du séisme localisé aux alentours du site central hydro-électrique de la Jirama.

« Quelques secousses ont été ressenties à Andekaleka, mais elles n'ont fait aucun dégât », a fait savoir Feno Randria­narison, responsable de la communication de la Jirama. Une source auprès de la brigade de la gendarmerie d'Anjiro a rejoint ce propos.

Discret

« Les habitants ont ressenti une secousse durant quelques secondes, mais aucun dégât n'a été constaté », a avancé la source. Tandis que les habitants de la ville de Mora­manga et d'Ambatondrazaka n'ont rien ressenti d'extraordinaire hier matin. Malgré l'absence de dégât, ce séisme aurait une intensité assez puissante. La secousse engendrée par ce tremblement de terre a été en effet ressentie jusqu'à Antananarivo et ses périphéries, comme à Ivato et Talata­maty.

L'explication avancée par les scientifiques face à ce mouvement de l'écorce terrestre demeure la même. Selon Andry Ramanantsoa de l'IOGA, c'est l'affaissement de l'écorce terrestre qui a engendré ce séisme. « Cet affaissement a créé le lac Alaotra au début et semble poursuivre son cours », a t-il ajouté. Considéré comme un aléa, il serait difficile de prévoir le prochain séisme, sa magnitude et son intensité. « Cette région d'Alaotra-Mangoro et ses alentours comme Sadabe et Anjozorobe font partie des zones sismiques. Aussi, le meilleur moyen de limiter les dégâts en cas de séisme assez puissant serait la création de maisons parasismiques », a conclu Andry Ramanantsoa.

 

 

 

Vonjy Radasimalala

 

Samedi 25 mai 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article