Une nouvelle machine pour le Projet Baobab

Publié le par Alain GYRE

Une nouvelle machine pour le Projet Baobab

 

 

1-baobab.jpg

 

Dans le cadre du partenariat du "Projet Baobab" et l'université de Pennsylvanie, le professeur Andrew M. Erdman a livré en début février une machine qui permet de séparer la poudre du fruit des graines. Celle-ci a été améliorée pour l'adapter aux caractéristiques des fruits de Baobab de l'espèce A. Grandidieri. Et cela fonctionne plutôt bien !

 

Fin 2013, à cause de la saison des pluies, le transport jusqu'à Morondava de certains stocks de fruits situés dans des villages au sud de Belo-sur-mer était impossible. C'est chose faite depuis samedi dernier. Les boutres marchands recommencent à peine à naviguer mais les routes resteront coupées jusqu'à mi-mai.

 

En termes de résultats,  "Projet Baobab" a :

·         plusieurs tonnes de fruits collectés dans 4 zones différentes.

·         plus de 1500 bénéficiaires directs et indirects.

·         15 emplois créés.

·         Une production de 2 ingrédients durables issus du fruit du Baobab : la pulpe naturellement déshydratée et l'huile des graines.

 

Les objectifs que ont été fixés sont atteints pour cette phase pilote. Et à long terme, ce projet a pour objectif de freiner la déforestation et participer à la conservation de la biodiversité unique de cette région. Notamment en luttant contre la pauvreté via la création de chaînes de valeurs durables issues des ressources naturelles.

 

APOI

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article