Une nouvelle variété de riz, porteuse d'espoir

Publié le par Alain GYRE

Une nouvelle variété de riz: Porteuse d’espoir

     

t-manger du riz

 

Vendredi, 31 Août 2012

Pour la FAO, il est le seul rempart à une éventuelle crise alimentaire semblable à celle de 2007-2008 qui menace d’ éclater avec la flambée des cours de céréales.

Le riz, troisième céréale la plus cultivée au monde, aliment de base pour trois milliards d’êtres humains, profite de stocks abondants pour cette campagne 2012-2013 (plus de 463 millions de tonnes selon le département américain de l’Agriculture) et de prix stagnants autours de 580 dollars la tonne pour le riz thai. Mais les récoltes futures risquent d’être pénalisées par la stagnation des rendements qui affecte les 155 millions d’hectares de rizières cultivées dans le monde.

Les riziculteurs font en effet face à un problème de taille: très souvent, le sol retient étroitement le phosphore qu’il renferme et seule une petite partie du précieux minéral pénètre les racines de leurs plantes. Le jeune plant de riz souffre alors de malnutrition qui l’empêche d’atteindre son rendement maximal une fois arrivé à maturité. Pour contourner ce problème, les agriculteurs utilisent des engrais enrichis en phosphore mais cette solution a ses limites. Financières tout d’abord, car le prix des roches phosphatées extraites pour servir d’engrais a doublé depuis 2007 en raison d’une pression sur l’offre. Ecologiques ensuite avec le rejet de phosphates dans les cours d’eau et les nappes phréatiques.

Les pays modestes, grands bénéficiaires

La nouvelle découverte des scientifiques de l’Institut international de recherches sur le riz (Irri) apparaît donc comme «la solution «miracle». Après plus de dix ans de recherches, ces derniers ont enfin réussi à mettre en évidence le gène PSTOL-1 (phosphorus-starvation tolerance 1) qui permet à une variété de riz indienne, baptisée Kasalath, de pousser normalement malgré un manque de phosphore dans le sol, minéral essentiel au bon développement de la plante.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article