Utilisation extensive des espèces ligneuses: Déperdition assurée des ressources environnementales

Publié le par Alain GYRE

Utilisation extensive des espèces ligneuses: Déperdition assurée des ressources environnementales                      

Mardi, 22 Juillet 2014

 

Madagascar détient plus de 5 % de la biodiversité mondiale avec un taux d’endémicité proche de 90 %. Le pays a ratifié la plupart des conventions internationales se rapportant à l’environnement et adopté plusieurs politiques et programmes pour faire face aux à sa détérioration.

 

 Il s’agit, d’après les données de l’Afdb  de la charte de l’environnement ;  de la politique nationale de l’environnement ; de la politique nationale pour le changement climatique et d’une stratégie nationale de mécanisme pour un développement propre ; et  du Plan d’action national à l’adaptation au changement climatique (PANA). Enfin, compte tenu de la recrudescence du trafic du bois de rose, le gouvernement a pris en 2010 un décret portant interdiction d’exploitation, de circulation et de commercialisation des bois précieux. Mais une gestion efficace de l’environnement souffre de la faiblesse des capacités institutionnelles.

 

S’agissant de l’OMD visant à assurer un environnement durable, les résultats de l’enquête sur le suivi des OMD 2012/13 a mis en évidence des progrès en matière de protection de l’environnement.

 

Le rythme de la déforestation a été divisé par quatre en vingt ans et de nouvelles aires protégées représentant 11 % du territoire national ont pu être créées. Toutefois, le bois, avec un taux de 69.9 %, et le charbon de bois, avec un taux de 26.2 % sont les plus utilisés comme combustibles pour la cuisson, ce qui provoque un risque de déperdition des ressources environnementales dépendant des espèces ligneuses.

 

Des insuffisances importantes demeurent également en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement. La proportion de la population ayant accès à l’eau potable ou utilisant des infrastructures d’assainissement améliorées est respectivement de 27.7 % et de 7.1 % alors que les cibles de l’OMD sont de 68 % et de 54 % pour ces deux indicateurs. Par ailleurs, 88.2 % des citadins vivent dans des taudis et plus de 57 % de la population (65.5 % en milieu rural) se débarrasse encore de ses ordures en pleine nature.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article