Vatomandry : Des écoles aux normes paracycloniques

Publié le par Alain GYRE

Vatomandry : Des écoles aux normes paracycloniques

1-ecoles1.jpg

Les nouveaux bâtiments scolaires construits à Vatomandry par le FID répondent aux normes paracycloniques et respectent l’environnement

Des écoles, dans le district de Vatomandry ont été rénovées après le passage du cyclone Giovana, il y a un an. Le FID y a contribué entièrement.

Vatomandry ne s’est pas encore remise du passage du cyclone Giovana, en février 2012. Toutefois, l’ouverture officielle des Journées des écoles, mercredi, a revêtu un caractère spécial. Tous les élèves de la Circonscription scolaire (Cisco) se sont donné rendez-vous au CEG Vohitsara après un carnaval à travers la commune urbaine.
Une forte délégation du Fonds d’intervention pour le développement (FID), dirigée par le vice-premier ministre chargé du Développement et de l’aménagement du territoire, également président du conseil d’administration du FID, Hajo Andrianai­narivelo, a été présente à Vatomandry pour inaugurer les travaux de réhabilitation et de reconstruction des écoles détruites par Giovana. Ils concernent, d’une part, la réhabilitation de trois salles de classe de chacune des écoles primaires publiques de Vohitsara et du centre-ville, et d’autre part, la réhabilitation de 16 salles de classe et de deux bureaux du CEG Vohitsara. À tout cela s’ajoute la construction de latrines étanches avec fosse alternée.
Contrairement au précédent bâtiment fait de matériaux locaux, les nouveaux sont construits en dur, d’un design exceptionnel : une toiture en plaque asphalté, de la menuiserie métallique, des fenêtres en aluminium avec des grilles de protection.
À l’abri des cyclones
À entendre le directeur général du FID, Ratsima Rasendra, les élèves y sont à l’abri des cyclones.
« Actuellement, nos constructions suivent les normes paracycloniques en vigueur à Madagascar, confortables grâce à des matériaux isothermes et à isophones, dans le respect de l’environnement n’utilisant pas de bois sauf pour les mobiliers scolaires. Ce type de bâtiment peut durer jusqu’à 100 ans et résiste à un vent de 250 km/h, bien sûr il faut bien fermer les fenêtres », a-t-il précisé.
La directrice de l’EPP Centre-ville, Marie louise Rasoamampionona, n’a pas manqué de rappeler le calvaire qu’ont vécu les élèves quand les établissements scolaires ont été endommagés par Giovana.
« À la rentrée scolaire au mois d’octobre 2012, nous fonctionnions encore en classes multigrades en attendant les nouveaux bâtiments. L’effectif par salle était très élevé. Avec la chaleur, les élèves n’étaient pas du tout concentrés. Cela a nui à leur performance », a-t-elle relaté.
La directrice a toutefois fait savoir que même avec ces nouveaux bâtiments, le nombre de salles de classe dans la Cisco de Vatomandry reste insuffisant.

Michella Raharisoa

Vendredi 15 fevrier 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article