Violences conjugales : Le taux élevé dans le Sud

Publié le par Alain GYRE

 

 

Violences conjugales : Le taux élevé dans le Sud

 (29-05-2013)

1-violence-conjugale.jpg 

 La violence conjugale est une des manifestations de l'enjeu spécifique que constitue encore le contrôle du corps et de l'autonomie des femmes dans la société malgache. Dans le Sud, 53% des femmes endurent des violences d'ordre physique et moral. Ces violences sont quotidiennes chez certaines femmes, qui subissent surtout des violences sexuelles. A Toliara, une vingtaine de femmes demandent mensuellement des conseils dont la plupart sont des personnes victimes de violences conjugales. Et pourtant, à peine 10 % seulement des femmes battues osent porter plainte.

 

Diverses formes. Injures, propos blessants, humiliations, jalousie excessive, interdiction de sortie, confiscation des revenus, gifles, coups, viols, les formes de violence conjugale à l'égard des femmes et des filles constituent l'une des violations des droits humains qui sont multiples et elles compromettent fortement la vie sociale, l'insertion économique et politique des femmes.

 

Affaire privée. Pire encore, selon leurs coutumes dans les régions très conservatrices, 32% des femmes donnent raison aux hommes qui battent ou maltraitent leurs épouses. Cette violence considérée comme une affaire privée et donc il est inutile de dénoncer les faits et porter l'affaire en justice. Le manque ou l'absence de ressources financières ne permet pas à la femme de subvenir seule à ses besoins et éventuellement à ceux de ses enfants. L'ignorance, la tradition et l'éducation encouragent le phénomène.

 

Manitrisa

Midi Madagasikara

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article