Vontovorona : Menace sur l’approvisionnement en eau

Publié le par Alain GYRE

Vontovorona : Menace sur l’approvisionnement en eau

La protection du lac Vontovorona s'avère importante pour qu'il n'y ait pas de rupture d'approvisionnement en eau potable

La Jirama craint l'insuffisance du stock d'eau dans le lac Vontovorona après
la rupture de la digue d'Andromba. La réhabilitation de celle-ci est en cours.

1-digue.jpg

La plaie du cyclone Haruna ne s'est pas encore fermée chez les habitants de Vontovorona et de Fenoarivo. La digue d'An­dromba à Antaramanana, est rompue sur 8 à 9 mètres, lors du passage du cyclone Haruna, au mois de février. La rupture se trouve tout près du lac Vontovorona qui s'est ainsi jeté dans la rivière. Alors que le lac assure l'approvisionnement en eau
potable de la population de Fenoarivo et de Vontovorona où les abonnés de la Jirama (société en charge de l'approvisionnement en eau et électricité) ont augmenté.
« Le niveau du lac a diminué parce que l'eau s'est jetée dans la rivière après la rupture de la digue. Alors qu'on doit avoir un stock d'eau, surtout pour la saison sèche, afin d'éviter la rupture d'approvisionnement en eau potable de la population environnante du lac », déclare le technicien de la Jirama, Zakaniaina.
Selon lui, en 2009 il y avait déjà un tarissement du lac Vontovorona et l'approvisionnement en eau était difficile. La Jirama affirme toutefois, qu'actuellement, l'approvisionnement en eau potable fonctionne chez les ménages.
Confiant
La digue n'est pas la seule à avoir été frappée par cette catastrophe. Elle a également inondé des rizières et des plantations environnantes. « Il ne me reste même pas un pied de riz, ni de maïs ni de manioc parce qu’ils ont été immergés », se plaint Evasoa Razoeli­ma­nana, agriculteur à Antara­manana. Les ménages qui survivent de la vente de sable, souffrent également du débordement des eaux à Fenoarivo, qui ont balayé le sable. La superficie exacte des surfaces inondées n'est pas définie, mais à constater depuis la RN1, du côté de Fenoarivo, les eaux n'ont pas épargné l'agriculture. Depuis deux semaines, la Jirama, la commune, appuyées par le Bureau national pour la gestion des risques et catastrophes (Bngrc) ont procédé à la réhabilitation de la digue d'An­drom­ba. 43 hommes mettent des piquets de bois rond et des sacs de sable, pour stopper la sortie du lac Vonto­vorona dans la rivière. Le technicien de la Jirama est confiant, quant à l'issue des travaux.

Michella Raharisoa

Lundi 18 mars 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article