Zamba : Plus d’une corde à sa valiha

Publié le par Alain GYRE

Zamba : Plus d’une corde à sa valiha

 1-zamba.jpg

En 2008, il fait entrer la valiha dans le XXI e siècle grâce à deux améliorations majeures : l’électrification et l’adoption de la gamme chromatique. c’est la « valiha maroafitsoka », capable de se mesurer à n’importe quel instrument moderne. Jusqu’aux Japonais qui seraient prêts à la produire en série....

 

« C hante ma valiha », comme le dit ce Cher Henri dans une de ses chansons. Avec Jean Baptiste Andrianarimanana, dit Zamba, c’est à peine une figure de style, car entre ses doigts, la valiha chante vraiment. Elle touche en tout cas à des sommets d’expressivité jamais atteints jusque-là. Et pour cause, sous ses dehors de père tranquille, l’homme a complètement transformé l’instrument à cordes le plus emblématique de la culture malgache. Une révolution qui ne date que de 2008, mais dont la portée est incalculable. De quoi s’agit-il ? De l’invention de la valiha maroafitsokaou valiha chromatique. « Je n’aime pas trop qu’on dise que j’en suis l’inventeur, Je n’ai fait qu’améliorer l’instrument », se défend-il.

 

Pour mesurer la portée de cette « amélioration », il faut savoir que la valiha traditionnelle est construite sur la gamme diatonique à sept tons (do, ré, mi, fa, sol, la, si), ce qui en limite considérablement les possibilités. « Dans les concerts, elle est incapable de jouer la partition des instruments modernes comme la guitare ou le piano. Même en jouant du bâ gasy (musique traditionnelle), elle a du mal à suivre. Dans les grands festivals folk à l’étranger, elle était souvent absente en raison de cette faiblesse. »Avec l’adoption de la gamme chromatique (gamme à 12 tons avec les dièses et les bémols) et l’électrification de l’instrument qui permet d’en amplifier le son, la valiha devient un instrument de concert à part entière, capable s’il le faut d’intégrer un orchestre symphonique !

 

La mise au point de l’instrument lui aura demandé beaucoup d’investissement en temps et en argent. « Je suis resté en brousse pendant des mois pour repérer les bons bambous et puis les traiter. Sans parler des échanges d’informations que j’ai eus avec des fabricants d’instruments sur les cinq continents », explique-t-il. La fabrication d’une valiha chromatique lui revient à près d’un million d’ariary, rien que pour les composants électroniques et les cordes qu’il fait venir de l’Allemagne. Aujourd’hui, il en a une demi-douzaine chez lui, mais déplore de n’en avoir pas encore vendue une seule. « Je suis encore dans la phase où il me faut convaincre du potentiel de la valiha chromatique. Mais je ne désespère pas, je suis en pourparler avec une grande marque japonaise pour éventuellement la produire en série. Si cela se fait, il faudra probablement laisser tomber le bambou pour une matière plastique... »

 

Même s’il fait figure de « moderniste », Zamba se reconnaît dans la lignée des grands valihiste du calibre des frères Randafison ou plus près de nous des Justin Vali et des Rajery. « Je ne suis pas un revivaliste. J’estime qu’il faut aller au-delà des traditionnelles Mandihiza rahitsikitsika. Mon ambition est de pouvoir jouer Le Rondo à la turquede Mozart, écrit pour le piano. » Et pourquoi pas en imaginer une version malgache comme Dave Brubeck avec son fameux Blue Rondo a la Turk, version jazz ? En attendant, et même si l’instrument demande encore « pas mal d’améliorations », Zamba n’en finit pas d’en mesurer le potentiel. Par exemple en s’attaquant au prélude de Voodoo Childdu grand Jimi Hendrix avec un impressionnant doigté de dentelière. Un instrument d’avenir.

1 zamba 1

 

 

 

 

Solofo Ranaivo

(article publié dans no comment magazine n°45 - Octobre 2013 ©no comment éditions)

 

No comment&éditions est une maison d’édition malgache créée à Antananarivo en novembre 2011.

Elle publie principalement des livres sur Madagascar.

Ils sont distribués en librairie à Madagascar et en France.

Coordonnées à Madagascar : 2, rue Ratianarivo, immeuble Antsahavola, Antananarivo 101 - +261 20 22 334 34.

Coordonnées en France : 58, rue de Dunkerque, 75009 Paris - 06 12 75 51 06.

http://www.nocomment.mg

www.nocomment-editions.com

Publié dans Musique

Commenter cet article