Zanaray Percussions : Groupe qui frappe

Publié le par Alain GYRE

 

 

Zanaray Percussions : Groupe qui frappe

(11-03-2014) - Dans le Sud-Est, on aime prendre son temps. La preuve, il aura fallu dix ans aux frères Zanaray et quelques rencontres magiques (Youssou N’Dour) pour sortir enfin leur premier album « Somasoman-daza ». Polyrythmies savantes, mélange de roots et de fusion, avec eux ça frappe fort et juste.

 

 

1-zanaray.jpg

 

Zanaray

© no comment ®

«Somasoman-daza s’inspire d’un jeu où les enfants se mettent en cercle à la pleine lune. Un jeu typique du Sud-Est, notre région natale », explique NyAina. Cette référence aux jeux de l’enfance revient comme un leitmotiv à travers des morceaux comme Batone, le jeu des bâtonnets. Dans Menaky, le propos est plus grave : il y est question de voleurs d’huile, allusion à peine voilée à la corruption. « On a des messages à faire passer, des choses à dénoncer, mais on ne veut pas être des donneurs de leçons. » Ce nom de Zanaray (littéralement, nés d’un même père) est on ne peut plus approprié car les cinq membres du groupe sont frères, et tous percussionnistes : NyOnja à l’aponga be (gros tambour traditionnel), Andry aux congas, bongos cubains et djembé, Tanjona au cajon (d’origine péruvienne), Johanne au tary et chant et NyAina au lapa (également péruvien) et congas. Au total, une quinzaine de percussions tant malgaches, africaines que latino-américaines, pour de savantes polyrythmies qui se suffisent amplement à elles-mêmes. « Pas besoin de guitares, de claviers ou de cuivres, nos percussions les remplacent et s’intègrent naturellement au chant et à la danse. »

 

Dès les débuts du groupe en 2004, âgés d’une quinzaine d’années, ils savent clairement ce qu’ils veulent : mettre en valeur les rythmes du Sud-Est sans s’interdire des incursions dans d’autres territoires fusion. « On s’inspire beaucoup des rythmes traditionnels malgaches, africains, réunionnais et latinos. On est très influencés par des gens comme Giovanni Hidalgo, le percussionniste portoricain qui a mis au point la technique moderne des congas.

 

On aime bien aussi le jazz afro-caraïbéen façon Ultramarine. » Bref, un sens aigu de la world qu’ils ont eu largement le temps de peaufiner en dix ans d’existence, en jouant à l’extérieur avec des pointures comme Youssou N’Dour, le roi du mbalax sénégalais. Et pas n’importe où... au Grand Rex, salle mythique parisienne ! On les a également vu croiser les percussions avec le groupe indien Shakti dans un esprit fusion ouvert à toutes les aventures. Mais leur parcours ne se limite pas à la scène musicale. Ils enseignent également les percussions au CGM (Cercle germano-malgache) d’Analakely et accompagnent couramment les danseurs, comme la chorégraphe Saroy Rakotosolofo. « Notre plus grande fierté est d’avoir enseigné les percussions à des sourds et muets à La Réunion. Là tu comprends que tout est question de vibration et que la musique est d’abord don de soi », commente NyAina. Le groupe ne devrait pas attendre encore dix ans pour donner une suite à Somasoman-daza : « Le second album est déjà en route, mais on aime prend notre temps... » Donc pas de date, mais une chose est sûre, c’est encore un album qui va frapper.

 

 

 

Ny Aina : 032 04 498 91

 

 

Aina Zo Raberanto

(article publié dans no comment magazine n°50 - Mars 2014 ©no comment éditions)

No comment&éditions est une maison d’édition malgache créée à Antananarivo en novembre 2011.

Elle publie principalement des livres sur Madagascar.

Ils sont distribués en librairie à Madagascar et en France.

Coordonnées à Madagascar : 2, rue Ratianarivo, immeuble Antsahavola, Antananarivo 101 - +261 20 22 334 34.

Coordonnées en France : 58, rue de Dunkerque, 75009 Paris - 06 12 75 51 06.

http://www.nocomment.mg

www.nocomment-editions.com

 

 

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article